John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Détection des anticorps antiphospholipides : actualités en 2022 Volume 80, numéro 4, 2022-07-01

Illustrations

  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
1 Service d’hématologie biologique, Hôpital Necker, APHP, Paris, France
2 Université Paris Cité, Inserm, Innovative Therapies in Haemostasis, Paris, France
3 Biosurgical Research Lab (Carpentier Foundation), APHP, Paris, France
4 Université de Paris, Inserm UMR-S970, Centre de recherche cardiovasculaire de Paris, France
Correspondance : L. Mauge

Le syndrome des antiphospholipides (SAPL) est une entité clinico-biologique définie par l’association de manifestations thrombotiques et/ou de complications obstétricales et la présence persistante d’anticorps antiphospholipides (aPLs) détectés par des tests de coagulation (lupus anticoagulant, LA) et/ou par des tests immunologiques (anticorps anti-cardiolipine et anticorps anti-β2-glycoprotéine-I). L’essor des anticoagulants oraux directs (AOD) dans la prise en charge des évènements thrombotiques veineux (ETV) constitue aujourd’hui un défi pour les laboratoires d’hémostase dans le cadre du diagnostic du SAPL. Les AOD interfèrent avec les tests de dépistage et de confirmation du LA occasionnant des faux positifs. Afin de se soustraire à ces interférences plusieurs solutions sont proposées. Certaines reposent sur l’utilisation de système neutralisant l’AOD (pastille de charbon activé, système de filtre) d’autres sur l’utilisation de réactifs insensibles à la présence d’AOD. On peut également faire appel aux anticorps anti-phosphatidylsérine/prothrombine très corrélés à la présence de LA et constituant un outil de plus en plus reconnu dans le diagnostic biologique du SAPL et son pronostic. Enfin, la positivité des aPLs dans un contexte infectieux est fréquente et non spécifique du SAPL. Au cours de la pandémie Covid-19, de nombreux patients ont présentés des ETV et artériels qui ont pu motiver la recherche d’aPLs. L’association entre LA et le risque d’ETV ou la mortalité hospitalière chez les patients Covid-19 hospitalisés n’a pas été démontrée. De plus, il ne semble pas qu’il y ait de persistance de ces aPLs après la Covid-19. A ce jour, la recherche d’aPLs chez les patients atteint de Covid-19 n’est pas recommandée.