John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Comment les laboratoires de biologie médicale privés français se sont adaptés à la crise de la COVID-19 ? Volume 78, numéro 6, Novembre-Décembre 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
Céline Delevallee et le groupe de travail SFBC « Marqueurs biochimiques COVID-19 » 3 *
1 Groupe Labexa, Le Haillan, France
2 Groupe Synlab, LBM Synlab Vallée du Rhône, Roussillon, France
3 Groupe Inovie, LBM Gen-Bio, Clermont-Ferrand, France
4 Service de biochimie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France ; RMSB, UMR 5536 CNRS Université Bordeaux, Bordeaux, France
* Correspondance

Confrontés à la crise COVID-19, l’ensemble des professionnels de santé a dû faire face à une situation sanitaire d’une ampleur exceptionnelle à laquelle ils n’étaient pas préparés. Les laboratoires de biologie médicale (LBM) se sont retrouvés en première ligne pour prélever les patients et réaliser les analyses indispensables au diagnostic de cette nouvelle pathologie. En réponse aux besoins et à l’urgence de la situation, les pouvoirs publics se sont appuyés sur le réseau de laboratoires des LBM du secteur privé. Représentant 70 % de l’activité de biologie médicale française et forts d’un réseau de plus de 4 000 laboratoires de proximité, les LBM privés ont constitué un élément majeur dans la stratégie des autorités « dépister-tracer-isoler ». Au travers des adaptations réalisées au niveau pré-analytique, analytique et post-analytique, cet article présente le retour d’expérience de biologistes médicaux du secteur privé impliqués dans la restructuration de leur laboratoire face à la crise sanitaire, pendant la période de mars à octobre 2020.