JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

ANCA-vasculitis with renal impairment treated by intravenous versus oral cyclophosphamide: Multicentric analysis of relapse free survival (VaReCyS) Volume 16, issue 4, Juillet 2020

Figures


  • Fig. 1

  • Fig. 2

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4

  • Tableau 5

  • Tableau 6
Authors

Introduction

Les vascularites à anti-cytoplasme des polynucléaires neutrophiles induisent une morbi-mortalité importante. Les effets indésirables de l’induction par cyclophosphamide limitent son utilisation. Les études récentes cherchent à réduire sa dose cumulée en optimisant le traitement d’entretien.

Méthodes

Cette étude rétrospective multicentrique a inclus des patients présentant un diagnostic de novo de vascularite à anti-cytoplasme des polynucléaires neutrophiles avec atteinte rénale suivi dans les hôpitaux de Rennes et Vannes pendant au moins 2 ans. L’objectif principal était d’étudier la survie sans rechute en comparant le groupe cyclophosphamide oral versus intraveineux.

Résultats

Du 1er janvier 2003 au 1er avril 2016, 91 patients ont été inclus (45 dans le groupe oral et 46 dans le groupe intraveineux). Les patients du groupe oral étaient significativement plus jeunes de 10 ans (p<0,001), et recevaient une durée de traitement d’entretien (p<0,001) et de corticothérapie plus longue (p<0,001). Après ajustement dans un modèle de Cox sur l’âge, la durée du traitement d’entretien et de corticothérapie, l’administration orale ne montrait pas de bénéfice sur la survie sans rechute (OR 0,80 ; IC 95 % 0,38–1,66 ; p=0,55). Il n’y avait pas de différence significative en termes de survie rénale ou de décès. Il existait une tendance avec plus de leucopénies (40 vs 24 %) et d’infection (30 vs 22 %) dans le groupe oral, mais moins d’hospitalisations à un an (40 vs 65 %) (résultats non significatifs).

Conclusion

Cette étude rétrospective multicentrique ne retrouve pas de bénéfice sur la survie sans rechute du cyclophosphamide oral après ajustement sur l’âge, et la durée de traitement d’entretien et de corticothérapie. Ces deux derniers facteurs semblent jouer un rôle majeur.

Introduction

ANCA-vasculitis are associated with high morbidity and mortality. Large use of cyclophosphamide as induction immunosuppressive therapy is limited by its side effects. All recent literature trends in decreasing cumulative dose while optimizing maintenance therapy.

Methods

This retrospective multicentric analysis included ANCA-vasculitis patients with renal impairment and de novo diagnose followed in Rennes and Vannes hospitals for 2 years minimum. The primary endpoint was to analyze relapse free survival comparing oral and intravenous administration of cyclophosphamide.

Results

From 01/01/2003 to 01/03/2016, 91 patients were included (45 oral and 46 intravenous group). Patients in oral group were 10 years younger (P<0,001), with higher maintenance therapy (P<0,001) and steroids (P<0,001) duration. With a Cox model adjusted on age, steroid and maintenance therapy duration, oral cyclophosphamide showed no benefice in decreasing relapse free survival (OR 0,80; 95%IC 0,38–1,66; P=0,55). No difference was observed on either mortality or renal survival. Oral group at 1-year trends to achieve more leucopenia (40 vs 24%) and infection (30 vs 22%) episodes, but less hospitalization (40 vs 65%), without reaching statistical significance.

Conclusion

In this retrospective multicentric analysis, oral cyclophosphamide induction was not associated with better relapse free survival after adjustment with age, steroid and maintenance therapy duration. Maintenance therapy duration is believed to better prevent ANCA-vasculitis relapse.