JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

REIN : un outil au service de l’accès à la greffe Volume 18, supplement 2, Septembre 2022

Figures


  • Fig. 1

  • Fig. 2

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2
Authors

À l’occasion des 20 ans du REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie), un travail de synthèse sur les apports du registre a été mené. Sur la question de l’accès à la greffe rénale des patients avec une maladie rénale stade 5, les messages clés suivants ont été retenus.

Le registre du REIN intègre les données de la greffe rénale et de la dialyse. Il permet ainsi d’évaluer l’accès à la greffe rénale en France à partir des besoins de la population MRC au stade 5 traitée par suppléance.

Les données produites par le registre sont complémentaires des données du rapport de l’Agence de la biomédecine basées sur l’activité des centres de greffe et la population des patients inscrits en attente de greffe. La part de la greffe préemptive (greffe sans recours préalable à la dialyse) ainsi que celle de l’inscription préemptive (avant le démarrage de la dialyse) ont augmenté depuis 2012 mais restent faibles. La proportion de greffe préemptive comme premier traitement de suppléance reste faible et stable dans le temps aux alentours de 3 à 4 %. L’accès à la liste d’attente et à la greffe varie selon l’âge et les comorbidités des patients (diabète, obésité) mais aussi selon la région. Les taux d’inscription sur liste d’attente de greffe rénale au moment de l’initiation de la dialyse et à 1 an du début augmentent depuis 2012, quelles que soient les caractéristiques des patients même si elle reste faible chez les patients âgés, diabétiques et présentant une obésité sévère. Ceci est en partie le résultat lié à la publication des recommandations HAS en 2015 et aux publications sur les disparités d’accès à la greffe établies grâce au registre REIN. Les causes de non-inscription au moment de l’initiation de la dialyse ont évolué dans le temps avec une proportion de patients non inscrits pour contre-indication en baisse constante depuis 2012. Grâce à plusieurs études menées à partir des données du registre, les variations d’accès à la liste ont pu être expliquées, en partie, par l’état de santé de la population dialysée mais aussi par le contexte socioéconomique et des différences de pratiques selon les filières de prise en charge. Le temps d’attente médian avant une greffe rénale augmente progressivement depuis 2012 avec un delta d’environ 8 mois entre 2012 et 2020 ; cependant, le temps d’attente entre l’initiation de la dialyse et la greffe a augmenté de façon moins importante. La probabilité de recevoir une première greffe rénale dépend de l’âge, du statut diabétique et de l’obésité du patient et est restée stable au cours du temps.

© 2022 Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

On the occasion of the 20th anniversary of the REIN (French Renal Epidemiology and Information Network), a summary work on the contributions of the national French ESKD register was carried out. On the issue of access to renal transplantation for ESKD patients, the following key messages were retained.

The registry of the REIN includes data about kidney transplant and dialysis. It thus allows evaluating the access to kidney transplant in France based on the needs of the population with stage 5 CKD treated by renal replacement therapy.

The data produced by the registry is complementary to the data in the report of the Agence de la biomédecine (Agency of Biomedicine) based on the activity of the transplant centres and the population of registered patients waiting for a transplant.

The proportion of preemptive transplant (transplant without prior recourse to dialysis) as well as that of preemptive registration (before starting dialysis) have increased since 2012 but remain low. The proportion of preemptive transplant as the first replacement therapy remains low and stable over time at around 3 to 4%. The access to the waiting list and the transplant varies depending on the age and co-morbidities of the patients (diabetes, obesity) as well as on the region. The rates of registration on the kidney transplant waiting list at the time of initiation of dialysis and at 1 year from the start have been increasing since 2012, irrespective of the patients’ characteristics, though it remains low in elderly, diabetic and severely obese patients. This is partly the result related to the publication of the HAS (French National Authority for Health) recommendations in 2015 and the publications on the disparities in access to transplants established thanks to the REIN registry. The causes of non-registration at the time of initiation of dialysis have changed over time with some patients not registering for contraindication steadily decreasing since 2012. Thanks to several studies conducted using data from the registry, the variations in access to the list could be explained, partly, by the health condition of the dialysis population as well as by the socio-economic context and differences in practices according to dialysis networks.

The median waiting time for a kidney transplant has been gradually increasing since 2012, with a delta of about 8 months between 2012 and 2020. However, the waiting time between the initiation of dialysis and the transplant has increased less significantly. The probability of receiving a first kidney transplant depends on the age, diabetic status and obesity of the patient, and has remained stable over time.

© 2022 Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation. Published by Elsevier Masson SAS. All rights reserved.