JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Interest of mycophenolate mofetil in children with membranous lupus nephritis Volume 6, issue 7, Décembre 2010

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3
Authors

Le traitement de la néphropathie lupique demeure un problème majeur. Plusieurs agents ont été utilisés : les corticostéroïdes, l’azathioprine et le cyclophosphamide avec des résultats thérapeutiques satisfaisants. Cependant, leurs effets indésirables potentiellement toxiques incitent à utiliser d’autres immunosuppresseurs efficaces et bien tolérés. Dans cette étude, nous évaluons l’efficacité et la tolérance du mycophénolate mofétil (MMF) en tant que nouvel agent thérapeutique chez l’enfant ayant une néphropathie lupique proliférative. Cinq enfants ayant une glomérulonéphrite proliférative mise en évidence histologiquement, ont été traités par le MMF, associé à des corticostéroïdes pendant la phase d’induction, et seul pendant la phase d’entretien. Nous avons étudié rétrospectivement l’efficacité et la tolérance de ce protocole thérapeutique. Tous les patients avaient une protéinurie et une altération de la fonction rénale. Quatre patients présentaient un syndrome néphrotique. Au cours de la phase d’induction, trois patients ont eu une rémission complète avec normalisation de la fonction rénale. Un patient a présenté une rémission partielle mais il a gardé une insuffisance rénale modérée. Une patiente est décédée au 50e jour par un sepsis grave secondaire au décours d’une leucopénie. Au cours de la phase d’entretien, trois patients ont gardé une rémission complète. Un patient a gardé une protéinurie avec une clairance de la créatinine de 55 mL/min par 1,73m2. La croissance staturale de ces patients n’a pas été affectée. Dans la néphropathie lupique proliférative, le MMF représente un agent thérapeutique efficace et bien toléré sans risques de néphrotoxicité ou de trouble de la croissance chez l’enfant.

The management of lupus nephritis remains a clinical problem in children as in adults. Corticosteroids, cyclophosphamide and azathioprine have been used with satisfactory response, but the most important problems are their potential toxicities. Therefore, we evaluate the use of mycophenolate mofetil (MMF) as a new agent for treatment of lupus nephritis in children. Five children with biopsy-proven proliferative glomerulonephritis with active lesions received MMF, combined with corticosteroids during the induction phase and alone during the maintenance phase. We retrospectively studied the efficacy and safety of this therapeutic regimen. All patients had proteinuria and renal failure. Four patients from five presented nephrotic syndrome. During the induction phase, three patients achieved complete remission of their nephrotic syndrome with normalization of renal function. One patient achieved partial remission and kept moderate renal failure. One patient died at 50 days by severe sepsis secondary to leucopenia. During the maintenance phase, three patients had complete remission. One patient was kept proteinuria with a creatinine clearance of 55 mL/min/1,73m2. The growth of these patients is not affected. In childhood lupus proliferative glomerulonephritis, MMF was well tolerated, and most of the patients achieved remission and improvement of their renal functions.