JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Use of fondaparinux during hemodialysis in heparin-induced thrombocytopenia. About a new observation Volume 6, issue 7, Décembre 2010

Figures


  • Fig. 1

  • Fig. 2
Authors

La thrombopénie induite par l’héparine de type II (TIH II) voit sa prise en charge s’enrichir régulièrement d’antithrombotiques pouvant se substituer à l’héparine mais dont le choix ne fait pas encore l’objet d’un réel consensus, certains ne disposant d’ailleurs encore pas de l’AMM dans cette indication. Le problème se complique encore en cas d’insuffisance rénale du fait de l’élimination de la plupart des produits par le rein. Parmi eux, l’utilisation du fondaparinux sodique, inhibiteur sélectif du facteur X activé, n’a suscité que de rares publications chez les hémodialysés. Jugeant utile que toutes les expériences puissent être connues, nous avons souhaité rapporter cette observation de TIH II chez une patiente hémodialysée que nous avons traitée par cette molécule, non seulement pour l’anticoagulation des séances de dialyse mais aussi comme verrou anticoagulant interdialytique de son cathéter veineux central. Son utilisation nous a paru suffisamment simple (même si sa présentation en seringue pré-remplie nécessite des aménagements pour une administration facilement modulable), sécurisante et économique pour que nous envisagions cet antithrombotique comme une modalité intéressante de substitution d’un traitement héparinique responsable d’une TIH II en hémodialyse. Des études prospectives doivent être menées afin de confirmer ces données favorables encore peu nombreuses et favoriser l’obtention d’une AMM dans cette indication.

Several alternative anticoagulation drugs are now available for patients with heparin induced thrombocytopenia type II (HIT II). However, their indication is not yet reaching a consensus. Moreover, some of them have not yet their marketing approval. The importantly use in hemodialyzed patients should be taken with caution since most of them are excreted by the kidneys. The use of fondaparinux, which exerts high anti-Xa activity, is not well documented. We report here our experience on the use of fondaparinux in an hemodialyzed patient with HIT II, not only as anticoagulation during hemodialysis sessions but also as interdialytic anticoagulation locking solution of her central venous catheter. The use of fondaparinux seems to us simple enough (even if its ready-for-use syringe requires adjustments to deliver the required doses) and its efficacy, safety and economic cost lead us to think that it is an indication of choice for an alternative anticoagulation in hemodialyzed patients with HIT II. Control prospective trials should be performed in order to confirm the preliminary favourable data and to support the proposal of marketing approval in this indication.