JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

End-stage renal disease: impact of late referral on outcomes Volume 3, supplement 4, Décembre 2007

Authors

L’évaluation médicale précise du passage du stade sévère de l’insuffisance rénale chronique (IRC) au stade terminal est délicate. Même si elle n’est pas possible dans 100 % des cas, une planification efficace de la dialyse et de la transplantation doit être recherchée. Celle-ci passe par une collaboration précoce du médecin généraliste et du néphrologue dans l’histoire de l’IRC. En l’absence de planification de la suppléance, le patient subit une perte de chance majeure: mortalité multipliée par 3, qualité de vie fortement dégradée, en particulier dans les dimensions physiques, inadéquation des traitements par rapport aux recommandations, absence ou retard d’accès à la dialyse péritonéale et à la transplantation rénale, alors que ces techniques apportent une bonne réhabilitation… Les causes de l’absence de planification sont complexes. Elles concernent non seulement la pratique médicale et la coordination entre les différents acteurs, mais aussi le comportement du patient et l’organisation du système de soins. Elles doivent être étudiées avec un système d’information pérenne, dans le cadre de l’évaluation des pratiques professionnelles.

Clinical evaluation is complex between severe chronic kidney disease and end-stage renal disease with kidney replacement therapy. Previous studies demonstrated the efficacy of an early referral to the nephrologists. When the referral is too late, patients experienced poorer treatment adequacy, higher mortality rate, higher quality of life deterioration, particularly in physical dimensions, delayed access to kidney transplantation when possible, lesser rate of peritoneal dialysis. Causes of late referral are multiple. Not only practice patterns and physicians synchronization, but also patient's adherence and health care system, could be inefficient. Global, in depth analyses of patients’ ways is requested.