JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Very-old deceased donors in kidney transplantation: How far can we go? Volume 16, issue 7, Décembre 2020

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2
Authors

Afin de pallier le déficit en organes, la transplantation à partir de donneurs très âgés, notamment de plus de 70 ans, est de plus en plus fréquente. Comparativement aux États-Unis, où ces greffons représentent 5 % de la population des donneurs, la France se démarque par une utilisation croissante de ces reins, jusqu’à dépasser 20 %. Cependant, le vieillissement rénal s’accompagne d’une glomérulosclérose, d’une fibrose interstitielle et d’une néphro-angiosclérose, associées à une diminution progressive du débit de filtration glomérulaire. Les greffons rénaux issus de donneurs âgés sont ainsi plus immunogènes et sensibles aux lésions d’ischémie-reperfusion, et le pronostic de ces greffes est inférieur aux transplantations réalisées à l’aide de reins optimaux. Toutefois, il a été montré que l’attribution de ces reins issus de donneurs âgés à des receveurs âgés permet d’en améliorer la survie comparativement à la prise en charge en dialyse. Peu de données sur les facteurs pronostiques de ces greffons ont été décrites dans la littérature, tandis que diverses stratégies ont été évaluées pour en améliorer le pronostic, telles que l’utilisation de la machine de perfusion hypothermique, la biopsie pré-implantatoire, la bi-greffe ou l’épargne en anticalcineurines.

In order to increase the pool of organ donors, kidney transplantation from very old-donors, notably aged more than 70, is increasing. Compared to the United States, where the use of these grafts does not reach 5%, in France it reaches over 20%. Kidney aging is determined by a progressive glomerusclerosis, interstitial fibrosis, and nephrosclerosis, responsible of a linear decrease of glomerular filtration rate with time. Aging in kidney transplantation goes along also with an increased immunogenicity and risk of ischemia-reperfusion injuries. Hence, the prognosis of these transplantations is worse than those from younger donors, even though it remains better than dialysis. Data is lacking on risk factors of graft loss in this specific population. Hypothermic perfusion machine, pre-implantation kidney biopsy, dual kidney transplantation and immunosuppressive strategies have been evaluated to improve the long-term prognosis of these grafts.