JLE

Annales de Gérontologie

MENU

La bonne utilisation des compléments nutritionnels oraux : les recommandations de la Haute Autorité de santé Volume 1, issue 1, Octobre-Novembre-Décembre 2008

Author
Service de gériatrie, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Groupement hospitalier universitaire Nord, Paris

La dénutrition des personnes âgées représente un problème de santé publique majeur. Elle concerne 4 à 10 % des personnes âgées vivant à domicile (350 à 450 000 personnes en France), 15 à 38 % des personnes âgées institutionnalisées et 30 à 70 % des personnes âgées hospitalisées. Les causes peuvent être multiples et intriquées, elles sont pathologiques (pathologie aiguë ou décompensation d’une pathologie chronique) ou psycho-socio-environnementales. Les conséquences de la dénutrition sont particulièrement délétères sur la santé des personnes âgées, avec une augmentation de la mortalité et de la morbidité (infections, chutes, fractures, escarres…), raison pour laquelle la dénutrition doit être prise en charge précocement et efficacement. Les différentes stratégies de prise en charge de la dénutrition chez la personne âgée ont fait l’objet de recommandations par la Haute Autorité de santé (HAS), publiées en juin 2007. Elles comportent la prise en charge nutritionnelle orale, qui doit rester la plus fréquemment utilisée, mais également les indications de la nutrition entérale ou parentérale. Le choix des modalités de la nutrition dépend du degré de sévérité de la dénutrition et du niveau d’apport alimentaire spontané. Plus la dénutrition est sévère et plus les ingesta spontanés sont réduits, plus l’intervention nutritionnelle doit être intense et la surveillance rapprochée.