John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Sixième herpèsvirus humain (HHV6) et myélosuppression Volume 7, numéro 4, Juillet 2003

Auteur
Laboratoire de Virologie Hôpital de Bicêtre
  • Page(s) : 301
  • Année de parution : 2003

Auteur(s) : David Boutolleau

Laboratoire de Virologie Hôpital de Bicêtre

L'implication du HHV6 dans la perturbation du processus physiologique de l'hématopoïèse semble désormais bien établie. Chez les patients recevant une greffe de cellules souches hématopoïétiques, ce virus a notamment été associé à des retards de sortie d'aplasie et à des aplasies médullaires transitoires à distance de la sortie d'aplasie. Néanmoins, les mécanismes impliqués restent méconnus. Une équipe japonaise a montré in vitro que l'infection par le HHV6 de cellules mononucléées de sang de cordon (CBMC) déplétées en cellules T diminuait de façon significative la prolifération cellulaire et la différenciation en progéniteurs hématopoïétiques des lignées érythroïdes (BFU-E), granulo-monocytaires (CFU-GM) et mégacaryocytaires (CFU-Mega).
Récemment, cette équipe s'est plus particulièrement intéressée aux interactions du HHV6 avec la fraction cellulaire exprimant la molécule CD34, constituée notamment de cellules souches hématopoïétiques (CSH) [1]. Les cellules CD34+ ont été isolées à partir de CBMC à l'aide de billes magnétiques recouvertes d'anticorps anti-CD34 (Dynal ou Milteny), infectées par une souche de HHV6 variant B (Z29), et mises en culture en présence de différents facteurs de croissance cellulaire permettant leur différenciation en progéniteurs hématopoïétiques. Les cellules isolées à l'aide des billes de type Milteny exprimaient très fortement et de façon homogène la molécule CD34, alors que les cellules isolées à l'aide des billes de type Dynal l'exprimaient de façon hétérogène (faible et forte intensité). Pour les auteurs, cette différence était due à l'origine différente des anticorps anti-CD34 couplés aux deux types de billes. Les cellules CD34+ (Milteny) étaient constituées essentiellement de cellules immatures (CSH), alors que les cellules CD34+ (Dynal) comportaient une fraction plus importante de cellules plus matures engagées dans une voie de différenciation (progéniteurs hématopoïétiques) et exprimant moins la molécule CD34. Quelle que soit l'origine des cellules, la détection de transcrits viraux très précoces (U16-17 et U91) dès 24 heures post-infection était en faveur de l'interaction directe du HHV6 avec les cellules CD34+. En revanche, le pourcentage d'inhibition de formation de BFU-E, CFU-GM et CFU-Mega était globalement 3 à 5 fois supérieur avec les cellules CD34+ (Dynal) qu'avec les cellules CD34+ (Milteny). Ainsi, les cellules CD34+ matures apparaissaient plus inhibées par le HHV6 que les cellules CD34+ immatures.
En conclusion, ces résultats suggèrent que la cible du processus d'inhibition de l'hématopoïèse par le HHV6 in vivo serait constituée par des cellules médullaires relativement immatures mais déjà engagées dans une voie de différenciation, et exprimant donc faiblement la molécule CD34.

Référence

1. Isomura H, Yoshida M, Namba H, Yamada M. Interactions of human herpesvirus 6 with human CD34 positive cells. J Med Virol 2003 ; 70 : 444-50.