John Libbey Eurotext

Virologie

La diversité génétique du VIH1 Volume 4, numéro 5, Septembre - Octobre 2000

Auteurs
  • Mots-clés : VIH1 ­ Groupes ­ Sous-types ­ Recombinants.
  • Page(s) : 371-81
  • Année de parution : 2000

L'analyse phylogénétique de nombreuses souches du VIH1 d'origine géographique diverse a révélé trois grands groupes distincts de virus nommés M, N et O. La grande majorité des souches responsables de la pandémie appartiennent au groupe M, dans lequel on distingue plusieurs sous-types et près de 20 % des isolats sont recombinants, avec des parties du génome appartenant à des sous-types différents. Certains virus mosaïques sont uniques ou limités à des petits groupes de transmission ; cependant, d'autres jouent un rôle majeur dans l'épidémie globale du sida. Ils sont actuellement appelés : circulating recombinants forms ou CRF. Les sous-types ou CRF doivent se ressembler entre eux sur le génome entier. Sur cette base, il y aurait seulement neuf sous-types au sein du groupe M (A, B, C, D, F, G, H, J et K) puisque les virus des prototypes E et I dans l'enveloppe sont recombinants. La désignation des sous-types est un marqueur moléculaire puissant pour suivre l'évolution de l'épidémie du VIH1. Globalement, les formes virales qui prédominent dans le monde sont les sous-types A et C, suivi des recombinants CRF01-AE (initialement sous-type E) et CRF02-AG (identique à la souche prototype IBNG du Nigeria) et le sous-type B. La plus grande diversité génétique du VIH1 est observée en Afrique où tous les sous-types et groupes circulent. La répartition géographique des sous-types est évolutive, l'apparition des virus recombinants continuera d'augmenter tant que les différents sous-types du VIH1 se propageront à travers tous les continents et que les virus recombinants continueront à se recombiner.