John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Diversité génétique et évolution des Gammaherpesvirinae de primates Volume 11, numéro 1, Janvier-Février 2007

Auteurs
Laboratoire des Interactions Virus-Hôtes, Institut Pasteur de la Guyane, 23 avenue Pasteur, BP6010, 97306 Cayenne Cedex, Unité d’épidémiologie et physiopathologie des virus oncogènes, Bâtiment Lwoff, Département de Virologie, Institut Pasteur, 28 rue du Docteur-Roux, 75724 Paris Cedex 15
  • Mots-clés : Herpèsvirus, Lymphocryptovirus, Rhadinovirus, EBV, HHV8, primates, évolution, phylogénie
  • DOI : 10.1684/vir.2007.0048
  • Page(s) : 43-62
  • Année de parution : 2007

La sous-famille des Gammaherpesvirinae est divisée en deux genres, le genre des Lymphocryptovirus et le genre des Rhadinovirus. Jusque récemment, le virus d’Epstein-Barr (EBV), prototype humain des Lymphocryptovirus, et les virus simiens associés n’avaient été trouvés que chez des primates humains et non humains de l’ancien monde. Le genre des Rhadinovirus n’était, lui, représenté que par les herpèsvirus saïmiri et atèle infectant deux espèces de primate du nouveau monde. De ce fait, le modèle établi était que la séparation ancien-nouveau monde avait apporté des changements drastiques dans l’évolution des Gammaherpesvirinae. La découverte de l’herpèsvirus humain 8 (HHV8) chez l’homme, appartenant au genre des Rhadinovirus puis celle d’un lymphocryptovirus chez le ouistiti, CalHV3, sont venus remettre en cause ce vieux paradigme. La description récente de nombreux autres virus appartenant à cette sous-famille des Gammaherpesvirinae, à partir de différentes espèces de primates non humains de l’ancien et du nouveau monde, a permis de développer puis de soutenir des hypothèses de co-évolution entre ces virus et leurs hôtes. Cette revue fait le point des connaissances actuelles concernant la diversité génétique et l’évolution des Gammaherpesvirinae de primates.