John Libbey Eurotext

Virologie

Circulation des virus influenza A : apports de la modélisation Volume 15, numéro 6, Novembre-Décembre 2011

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : Audrey Arnal, Michèle Ottmann, Romain Garnier , Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE), CNRS UMR 5175, 1919, route de Mende, 34293 Montpellier Cedex 5, France, CNRS FRE3011, université Lyon-I, laboratoire de virologie et pathologie humaine, Lyon, France
  • Mots-clés : modélisation, éco-épidémiologie évolutive, virus influenza
  • Page(s) : 363-70
  • DOI : 10.1684/vir.2011.0424
  • Année de parution : 2011

Les modèles mathématiques qui permettent de produire une description simplifiée de la réalité apparaissent comme des outils importants de l’épidémiologie moderne. En effet, en épidémiologie, le problème majeur est de chercher à comprendre comment les pathogènes se transmettent d’un individu à l’autre afin de prédire les épidémies, leur ampleur dans le temps et l’espace. Les modèles ont ainsi le potentiel à la fois de servir de fil conducteur aux praticiens en santé publique en comparant différentes stratégies de gestion de la maladie, mais aussi d’améliorer notre compréhension de la transmission du pathogène. Le but de cet article est de se concentrer sur quelques exemples de modèles pour souligner leur utilité pratique dans la compréhension de la circulation des virus influenza. Nous nous intéresserons tout d’abord à des modèles épidémiologiques simples permettant de comprendre la démarche à adopter pour formaliser un modèle. Puis nous verrons comment utiliser ces modèles simples pour comprendre des processus épidémiques à une échelle plus globale. Enfin, nous discuterons en quoi la modélisation peut permettre de répondre à des questions aussi larges et variées que : dans quelles mesures un agent pathogène peut déclencher une épidémie ou encore quels sont les effets des mesures de santé publique sur l’évolution des virus grippaux ?