John Libbey Eurotext

VEGF Actu

Résultats de l’essai de phase III MAPS pémétrexed/cisplatine/ bévacizumab versus pémétrexed/cisplatine en 1re ligne dans le mésothéliome pleural Volume 11, numéro 2, Avril 2016

Illustrations

Auteur
1 Département de cancérologie générale, Centre Oscar Lambret Lille
  • Mots-clés : combinaison chimiothérapie anti-angiogémiques
  • DOI : 10.1684/veg.2016.0033
  • Page(s) : 2
  • Année de parution : 2016

Interview du Pr Gérard Zalcman, investigateur principal de l’essai de phase III « MAPS » : résultats, perspectives…

Zalcman G, Mazieres J, Margery J, Greillier L, Audigier-Valette C, Moro-Sibilot D, Molinier O, Corre R, Monnet I, Gounant V, Rivière F, Janicot H, Gervais R, Locher C, Milleron B, Tran Q, Lebitasy MP, Morin F, Creveuil C, Parienti JJ, Scherpereel A; French Cooperative Thoracic Intergroup (IFCT). Bevacizumab for newly diagnosed pleural mesothelioma in the Mesothelioma Avastin Cisplatin Pemetrexed Study (MAPS): a randomised, controlled, open-label, phase 3 trial. Lancet. 2015 Dec 21. pii: S0140-6736(15)01238-6. doi: 10.1016/S0140-6736(15)01238-6. ☆☆☆

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(15)01238-6/abstract

Le mésothéliome pleural (MP) reste un fléau de santé publique même si l’utilisation de l’amiante est désormais interdite dans de nombreux pays. Les projections en termes de prévalence et de mortalité sont néanmoins catastrophiques en raison de la poursuite de l’extraction, l’exploitation et l’utilisation à large échelle de ces fibres cancérogènes dans certains pays émergents [1]. La prise en charge thérapeutique s’avère difficile et toujours animée par les débats portant, entre autre, sur la place de la chirurgie (recul de la pleuro-pneumonectomie élargie, réhabilitation de la pleurectomie-décortication, apport de la chimiothérapie intra-pleurale, etc.) et sur les modalités de la chimiothérapie (timing, combinaison, lignes ultérieures, etc.). À ce jour, le pronostic du MP reste très péjoratif avec des survies globales (SG) de 12 à 36 mois pour les stades localisés et de 8 à 14 mois pour les formes étendues. Les référentiels conseillaient, jusqu’à présent, une chimiothérapie de 1re ligne par cisplatine/pémétrexed après la publication de Vogelzang en 2003 montrant la supériorité significative de cette combinaison sur le cisplatine seul (SG respectives de 12,1 et 9,3 mois) [2]. Sur le plan physiopathologique, l’intervention de multiples facteurs pro-angiogéniques, en particuliers le VEGF [3] et l’adrénoméduline [4], dans le développement du MP a été montrée par de nombreux travaux.