John Libbey Eurotext

VEGF Actu

L’immuno-oncologie intègre eVEGF-Actu Volume 11, numéro 1, Janvier 2016

Illustrations

Depuis plus de 10 ans vous suivez, avec intérêt j’espère, les tribulations de l’équipe éditoriale de VEGF-Actu devenu eVEGF-Immuno. Pendant toutes ces années, nous vous avons livré chaque trimestre des informations que nous avons voulues utiles pour votre pratique clinique quotidienne, mais aussi des informations et mises au point sur des sujets plus fondamentaux afin que vous puissiez aussi pleinement comprendre les déterminants et les enjeux des thérapies anti-angiogéniques que vous prescrivez à vos patients. Certains mécanismes d’immunosuppression sont liés à l’angiogenèse tumorale. Au niveau moléculaire, la production de VEGF est directement responsable de l’amplification de certaines cellules suppressives. De plus, les traitements anti-angiogéniques modulent certains paramètres immunologiques liés à l’immunosuppression qui pourraient représenter de nouveaux biomarqueurs de réponse à ces traitements. La même équipe éditoriale a donc décidé de partager maintenant avec vous, en plus de l’actualité de l’angiogenèse tumorale, l’actualité se rapportant à la nouvelle révolution que traversent nos spécialités avec l’entrée en scène d’une nouvelle immunothérapie hautement efficace et simple à mettre en œuvre dans notre pratique clinique. C’est un changement profond de ligne éditoriale qui s’annonce dès ce numéro, qui regroupe angiogenèse et immuno-oncologie, toujours en gardant l’accent sur des aspects pratiques et fondamentaux comme par le passé.

La 1re question est de savoir qui deviendra « immuno-oncologue » ? La réponse est malheureusement simple, tout oncologue va devoir devenir immuno-oncologue, au moins en partie, tout comme nous avons été chimio-oncologue, hormono-oncologue, angio-oncologue, TKI-oncologue, que sais-je encore ?… Je dis malheureusement, car une fois de plus nous devrons réapprendre notre métier et nous approprier des nouvelles notions, des connaissances qui nous font défaut, identifier des effets secondaires nouveaux pour nous, voire même inédits pour la médecine tout entière. Au vu du développement effréné de nouvelles médications et de la liste, qui s’allonge chaque mois, de nouvelles AMM ou d’extensions d’AMM, de l’engouement de tous les acteurs de la cancérologie, des patients aux médecins en passant par les médias, le grand public, l’industrie pharmaceutique et même les places financières, il y a peu de chance qu’un oncologue quel qu’il soit puisse être épargné et ne pas devenir, parfois malgré-lui, un immuno-oncologue.

La 2e question est de savoir ce qu’est un immuno-oncologue ? La réponse est plus complexe. Un immuno-oncologue est avant tout un médecin qui aide le patient à développer une réponse immunitaire contre son cancer. Nombre d’entre nous peuvent le faire simplement, par exemple avec l’utilisation d’un « so-called checkpoint-inhibitor » comme un anticorps monoclonal anti-PD1 ou anti-PDL1. Cela peut s’avérer bien plus complexe et impliquer des techniques de thérapie cellulaire comme les TIL ou les CAR, ou nécessiter l’utilisation de vecteurs viraux éventuellement associés à des thérapies systémiques comme l’IL-2 ou l’IFN (dont un retour est probable), mais aussi toutes techniques capables d’améliorer la présentation antigénique d’une tumeur. Seuls des centres hautement spécialisés adossés à des laboratoires de pointe pourront alors entrer en action.

Sachez-le, être immuno-oncologue, c’est aussi générer beaucoup d’anticorps à votre égard chez vos collègues d’autres spécialités qui se demandent ce que diantre vous avez fait à ce patient qui présente un tableau clinique qui non seulement vous dépasse mais les dépasse eux aussi. Vous apprendrez ainsi à venir timidement demander à votre hépatologue préféré comment faire pour vous sortir de cette hépatite auto-immune qui ne répond pas à la corticothérapie, quémander votre gastro-entérologue pour cette fichue colite ou entérite auto-immune, comment faire déplacer votre ophtalmologue pour cette uvéite, comment arriver à causer à votre interniste spécialisé en maladies auto-immunes bizarres qui tout à coup vous intéressent, alors que depuis 20 ans vous ne lui aviez jamais adressé la parole, voire même salué, et encore moins reconnu sa grandeur !

Bref ! Soyez en sûrs, toute l’équipe du nouveau e-VEGF/e-Immuno Actu restera présente à vos côtés dans tous ces moments difficiles et saura vous accompagner au mieux pour assurer cette nouvelle transition professionnelle dans les mois et années à venir.