John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Une vascularite cryoglobulinémique Volume 27, numéro 4, Juillet-Août 2015

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
Service de médecine interne et d’immunologie clinique, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière ; Centre national de référence des maladies auto-immunes rares, DHU I2B, Immunopathology, Inflammation and Biotherapy, université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) Paris VI, Paris, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : cryoglobulinémie, vascularite, hépatite C, rituximab
  • DOI : 10.1684/stv.2015.0896
  • Page(s) : 209-14
  • Année de parution : 2015

Les vascularites cryoglobulinémiques se manifestent par des signes généraux, des lésions cutanées à type de purpura (voir d’ulcères ou de nécroses distales), des arthralgies, des neuropathies périphériques, des glomérulonéphrites membranoprolifératives et plus rarement des atteintes cardiaques ou digestives. Les cryoglobulines de type I sont le plus souvent liées à une hémopathie (myélome, lymphome B) ou à une MGUS. Les cryoglobulines mixtes (type II et III) sont le plus souvent associées à une hépatite C (> 90 % des cas), puis moins fréquemment à des maladies auto-immunes (lupus, syndrome de Gougerot-Sjögren) ou à une hémopathie lymphoïde B. Le traitement des vascularites cryoglobulinémiques dépend de l’étiologie sous-jacente (VHC, myélome, lymphome, connectivite…), du type de cryoglobulinémie (type 1 versus type 2 et 3) et de la sévérité des symptômes. Dans les cryoglobulinémies mixtes, le traitement d’éradication du VHC doit toujours se discuter. Le rituximab est l’agent immunomodulateur le plus efficace et doit être réservé aux formes sévères. Dans les cryoglobulinémies de type I le traitement sera celui de la maladie hématologique sous-jacente. Les traitements comprenant en particulier le bortézomib, thalidomide, lénalidomide ou un agent alkylant semblent intéressants dans le cadre des MGUS et sont à discuter en fonction de la sévérité de la vascularite. Les plasmaphérèses sont un traitement d’appoint intéressant dans les vascularites cryoglobulinémiques sévères et/ou réfractaires.