John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Syndromes d'apnées du sommeil chez l'insuffisant cardiaque Volume 22, numéro 8, octobre 2010

Auteur
Centre de diagnostic et de traitement des pathologies du sommeil, Service de physiologie–Explorations fonctionnelles, AP-HP, Hôpital Bichat, Paris
  • Mots-clés : insuffisants cardiaques, sommeil, ventilation
  • DOI : 10.1684/stv.2010.0517
  • Page(s) : 415-20
  • Année de parution : 2010

Les syndromes d'apnées du sommeil (SAS) se caractérisent par la survenue répétitive d'apnées et d'hypopnées au cours du sommeil. Sa prévalence chez les patients insuffisants cardiaques chroniques (ICC) est élevée, de l'ordre de 60 à 70 %. Son dépistage systématique est donc justifié. Le SAS des patients ICC peut prendre plusieurs formes : obstructif, central ou mixte, à l'inverse de ce qui se voit dans la population générale, où le SAS est à 95 % de type obstructif. Ces événements respiratoires nocturnes – nonobstant l'importante désorganisation de l'architecture du sommeil qu'ils induisent – expliquent le retentissement sur la vigilance diurne et les fonctions cognitives des SAS, et ont un fort impact sur le pronostic de l'insuffisance cardiaque. Ces conséquences justifient un diagnostic et un traitement adaptés. Ce dernier est représenté en première intention par la ventilation nocturne, en pression positive, avec différentes modalités selon que le SAS est à prédominance obstructive ou centrale. L'observation de cette ventilation passe par une éducation thérapeutique renforcée et une étroite collaboration entre cardiologues et spécialistes du sommeil. Malgré la contrainte que peut représenter cette ventilation, sa prescription se légitime en raison des bénéfices qu'elle apporte sur l'amélioration de la qualité de vie et de la morbimortalité.