John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

La thrombose veineuse superficielle : une pathologie à reconsidérer Volume 23, numéro 6, Juin 2011

Auteurs
Hôpitaux universitaires de Genève, Division d’angiologie et d’hémostase, 1211 Genève 14, Suisse, Hôpital Saint-Eloi, Service des maladies vasculaires, 80 rue Fliche, 34295 Montpellier Cedex 5, France, Clinique Megival, 1328 avenue Maison Blanche, 76550 Saint-Aubin-sur-Scie, France, Hôpital Nord, Département de médecine et thérapeutique, INSERM, CIE3, EA3065, 42055 Saint-Etienne Cedex 2, France, Faculté Laënnec, Service de pharmacologie clinique, rue Guillaume Paradin, BP 8071, 69376 Lyon Cedex 8, France

La thrombose veineuse superficielle (TVS) des membres inférieurs est une pathologie qui a été longtemps considérée comme bénigne. Par ailleurs, les recommandations thérapeutiques concernant cette pathologie sont jusqu’ici de faible niveau de preuve, aucun traitement n’ayant été validé. De récentes études ont contribué à changer la vision de cette maladie. L’étude épidémiologique prospective POST, réalisée chez 844 patients, montre que la TVS est étroitement intriquée à la thrombose veineuse profonde (TVP) et à l’embolie pulmonaire (EP) : une TVP à l’échographie ou une EP symptomatique objectivement confirmée était présente chez 25 % des patients ayant une TVS, et chez les patients ayant une TVS sans extension au réseau veineux profond au moment du diagnostic (TVS « isolée »), il existait un risque de survenue d’événements thromboemboliques veineux symptomatiques à trois mois de 8,3 %, bien que la majorité des patients aient été traités. Ces résultats soulignent donc l’importance de réaliser un examen échographique complet des membres inférieurs lors d’une suspicion de TVS. L’étude CALISTO est une étude randomisée comparant en double insu le fondaparinux à un traitement placebo chez 3 002 patients présentant une TVS isolée symptomatique aiguë des membres inférieurs. Elle montre que le fondaparinux à la posologie sous-cutanée de 2,5 mg par jour pendant 45 jours réduit de 85 % (p < 0,001) la survenue des événements symptomatiques suivants : décès toute cause, EP, TVP, et extension à la crosse ou récidive de TVS sans augmentation du risque hémorragique. L’ensemble de ces résultats représente une avancée majeure dans la compréhension de la TVS et de sa prise en charge thérapeutique.