John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

Insuffisance cardiaque et syndrome d’apnées du sommeil Volume 29, numéro 1, Janvier-Février 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
1 APHP, Hôpital Bichat, Service de physiologie-explorations fonctionnelles, DHU Fire, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France
2 Université Denis-Diderot Paris 7, UFR de médecine 10, avenue de Verdun, 75010 Paris, France
3 APHP, Hôpital Robert-Debré, Unité Inserm U1141, 48, boulevard Serurier, 75019 Paris, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : apnées du sommeil, respiration de Cheyne-Stokes, pression positive continue, ventilation servo-adaptée, commande centrale de la respiration, insuffisance cardiaque à FEVG conservée, insuffisance cardiaque à FEVG abaissée
  • DOI : 10.1684/stv.2016.0956
  • Page(s) : 10-21
  • Année de parution : 2017

Les recommandations européennes et internationales concernant l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) soulignent l’importance de la prise en charge des pathologies associées susceptibles d’interférer avec le pronostic de l’ICC et avec la qualité de vie de ces patients. La prise en compte des syndromes d’apnées du sommeil (SAS) à ces divers titres est importante. Les SAS sont fréquents chez les ICC, qu’il s’agisse d’ICC à fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) préservée ou altérée, tant dans leur forme obstructive que centrale. Les SAS chez l’ICC sont volontiers moins symptomatiques que dans d’autres populations cliniques, la somnolence en particulier est moins présente. Fatigue, sommeil non réparateur, nycturie doivent attirer l’attention, ainsi que les contextes où la pathologie cardiovasculaire est difficile à équilibrer, malgré un traitement médical optimisé, ou d’expression à prédominance nocturne. Le diagnostic repose sur l’enregistrement poly(somno)graphique pendant le sommeil. Le traitement sera proposé aux patients dont on attend une amélioration symptomatique avec la correction du SAS (étude SAVE, 2016). Les propositions thérapeutiques seront contextualisées et dépendent de la nature de l’ICC et du type de SAS. Les SAS obstructifs seront traités par pression positive continue (PPC), voire orthèse d’avancée mandibulaire. Les SAS centraux chez les patients ICC à FEVG préservée peuvent être traités par ventilation servo-adaptée (VSA), en revanche la VSA est contre-indiquée en cas de FEVG abaissée depuis les résultats de l’étude SERVE-HF en 2015. En cas d’ICC à FEVG abaissée présentant des apnées centrales, pression positive continue ou oxygène peuvent être proposés. Des études et suivi de cohorte (ADVENT-HF, FACE) sont en cours afin d’asseoir les bénéfices apportés par la correction du SAS, tant en termes de qualité de vie que de pronostic global.