John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Incrétines, incrétinomimétiques et inhibiteurs de la DPP-4 : homéostasie glucidique et diabète de type 2 Volume 20, numéro 9, Novembre 2008

Auteurs
Service de médecine interne B, AP–HP, hôpital Lariboisière, Paris, France
  • Mots-clés : incrétine, analogue GLP1, inhibiteur DPP-IV, diabète de type 2
  • DOI : 10.1684/stv.2008.0329
  • Page(s) : 453-61
  • Année de parution : 2008

Deux hormones sont impliquées dans « l’effet incrétine » : le glucagon like peptide 1 (GLP-1) et le glucose-dependent insulinotropic polypeptide (GIP). Ces hormones sont sécrétées par l’intestin en réponse à l’alimentation et stimulent la sécrétion d’insuline en réponse au glucose. On estime qu’environ 50 % de la sécrétion d’insuline en réponse à un repas est liée à « l’effet incrétine ». Le GLP-1 stimule l’insulinosécrétion, freine le glucagon de façon glucodépendante et a un effet trophique sur la masse β cellulaire. Par ailleurs, le GLP-1 ralentit la vidange gastrique et régule la prise alimentaire et l’appétit. Le GLP-1 est rapidement dégradé par une enzyme la dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4). Lors du diabète de type 2, « l’effet incrétine » est très altéré en rapport avec un déficit en GLP-1. Compte tenu de ses différentes actions, le GLP-1 constitue un bon candidat pour le traitement du diabète de type 2. Deux approches thérapeutiques ont été développées : les analogues du GLP-1 et les inhibiteurs de la DPP-4. Les inhibiteurs DPP-4, hautement sélectifs, réduisent la dégradation endogène de GLP-1, ont des effets similaires au GLP-1 avec moins d’effets secondaires. L’efficacité des analogues GLP-1 et inhibiteurs DPP-4 a été montrée. Du fait de l’effet glucodépendant, les hypoglycémies sont exceptionnelles. De plus, les GLP-1 analogues entraînent une perte de poids durable, améliorent la satiété, ralentissent la vidange gastrique. Mais l’inconvénient majeur est la nécessité d’injection sous-cutanée, alors que les inhibiteurs DPP-4 se présentent en comprimés. Dans le diabète de type 2, ces deux approches thérapeutiques sont prometteuses.