John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

Cavernome porte compliqué d’anévrismes spléniques au cours d’un syndrome des antiphospholipides (à propos d’un cas) Volume 29, numéro 3, Mai-Juin 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital militaire régional universitaire de Constantine, Service d’imagerie médicale, Ali Mendjili El Khroub, 25000 Constantine, Algérie
2 Hôpital militaire régional universitaire de Constantine, Service de gastroentérologie et hépatologie, Ali Mendjili El Khroub, 25000 Constantine, Algérie
* Tirés à part
  • Mots-clés : thrombose porte, cavernome, SAPL, anévrismes spléniques
  • DOI : 10.1684/stv.2017.0977
  • Page(s) : 125-31
  • Année de parution : 2017

La découverte d’un cavernome portal suite à une hémorragie digestive haute chez une patiente aux antécédents d’avortements itératifs est le témoin d’une évolution chronique d’une thrombose portale, qui doit nous imposer une recherche étiologique d’une affection prothrombotique méconnue, en l’occurrence le syndrome des antiphospholipides (SAPL). Notre observation décrit l’obstacle infra-hépatique (cavernome portal), apprécie l’étendue des collatéralités porto-systémiques et objective les multiples anévrismes hilaires et intraspléniques d’hyperdébit, faisant suite à une thrombose chronique et ancienne du système porte extra-hépatique. Le SAPL est une affection immunitaire acquise à potentiel thrombogène d’expression polymorphe, dont il faut systématiquement penser en premier lieu devant tout contexte de thrombose veineuse portale, chez une femme jeune aux antécédents d’avortements. Du point de vue thérapeutique, le stade de thrombose portale chronique au cours d’un SAPL impose l’instauration d’une anticoagulation prolongée, toutefois cette dernière est loin d’être codifiée, se heurtant paradoxalement aux risques hémorragiques potentiels liés à l’hypertension portale et aux nombreux anévrismes spléniques d’hyperdébit qui peuvent se rompre. L’embolisation splénique avec obturation et/ou exclusion des sacs anévrismaux, ainsi qu’une chirurgie de reperfusion portale sont théoriquement justifiées, réservées aux centres hautement spécialisés.