JLE

Sciences sociales et santé

MENU

Connaître ou informer : la carrière sociale des tests ELISA/VIH dans deux enquêtes épidémiologiques en France et aux États-Unis Volume 24, numéro 4, Décembre 2006

Auteur
science politique, CRAPE/UMR6051, 24, rue de Saint-Pétersbourg, 75008 Paris, FRANCE.

Appropriés comme instrument d’évaluation épidémiologique de l’épidémie à VIH dans des enquêtes à visée essentiellement statistique (enquêtes anonymes non reliées - EANR), les tests ELISA/VIH se sont largement diffusés en France et aux États-Unis. L’inquiétude suscitée par l’extension de l’épidémie en dehors des premiers groupes « à risque » a généré une forte demande d’expertise pour la gestion publique des risques collectifs liés à l’épidémie. L’élaboration de régimes dérogatoires a permis la conduite d’EANR sur les nouveau-nés (États-Unis) et les femmes enceintes (France). Au début des années quatre-vingt-dix, sous la pression conjuguée des premiers traitements et de la mobilisation d’acteurs et de normes protégeant la vie privée, ces EANR sont remises en cause. Selon les pays, la régulation publique a emprunté des voies différentes. Aux États-Unis, un processus de politisation amorcé dans l’État de New York conduit l’État fédéral à suspendre ces enquêtes en 1996. En France, en revanche, l’arrêt de l’enquête PREVAGEST répond essentiellement à des considérations économiques et éthiques.