John Libbey Eurotext

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

Place de l’irathérapie dans le traitement de l’hyperthyroïdie Volume 31, numéro 2, mars-avril 2022

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Service d’endocrinologie, diabétologie et nutrition, CHU Hassan II Fès, Maroc
2 Service de médecine nucléaire, CHU Hassan II Fès, Maroc
3 Laboratoire d’épidémiologie et de recherche en sciences de la santé, Fès, Maroc
* Tirés à part : H. Salhi

L’hyperthyroïdie est un motif fréquent de consultation en endocrinologie. Son traitement repose sur trois options thérapeutiques : médical par antithyroïdiens de synthèse, chirurgical et l’irathérapie à l’iode 131. Le choix entre ces différentes options thérapeutiques repose sur un faisceau d’arguments. Le but de ce travail est d’évaluer la contribution de l’iode 131 dans le traitement de l’hyperthyroïdie. Pour cela, nous avons mené une étude rétrospective, incluant 126 cas d’hyperthyroïdie suivis dans le service de médecine nucléaire du CHU Hassan II de Fès et ayant reçu une irathérapie sur une période de cinq ans. L’âge moyen de nos patients était de 52,7 ans (21-85). Le sex-ratio était d’un homme pour huit femmes. L’iode 131 a été administré à tous nos malades à une dose moyenne de 13,94 mci (8-25). L’efficacité de traitement a été définie par le passage en hypothyroïdie ou en euthyroïdie. Les résultats finaux avaient montré que 48,4 % des cas (n = 61) étaient passés en eutyhroïdie, 48,4 % (n = 61 cas) en hypothyroïdie, alors que 3,2 % (n = 4) étaient restés en hyperthyroïdie. La tolérance du traitement par l’iode 131 était excellente, aucune complication n’a été observée. La thérapie par iode 131 constitue un traitement simple et peu invasif. Sa tolérance est bonne. Il a par ailleurs un coût modéré par rapport à la chirurgie et les traitements médicamenteux suivis pendant plusieurs années. Le contexte socio-économique des patients marocains suggère l’élargissement des champs d’utilisation de l’iode 131 en matière d’hyperthyroïdie.