JLE

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

Perception de l’usage de la phytothérapie par la population de la région de Fès-Boulemane Volume 32, numéro 1-2, Janvier-Avril 2023

Illustrations


  • Annexe 1

Tableaux

Auteurs
1 Service de toxicopharmacologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc
2 Laboratoire de recherche biomédicale et translationnelle, Faculté de médecine et de pharmacie de Fès, Maroc
3 Faculté des sciences Dhar El Mehraz, université sidi Mohammed Ben Abdellah, Fès, Maroc
* Tirés à part : H. Hoummani

Dans le but d’évaluer la perception de l’utilisation des plantes par la population de la région de Fès-Boulemane (centre nord du Maroc), une étude prospective a été menée dans cette région. Un questionnaire portant sur les caractéristiques sociodémographiques de la population, la connaissance du risque toxique lié à l’usage des plantes et les modalités de leur utilisation a été utilisé. Les résultats de cette étude ont montré que 601 personnes, soit 75,1 % des interrogées pratiquent la phytothérapie et que 28 % d’entre elles sont des analphabètes. Le choix de la phytothérapie et des produits de la pharmacopée traditionnelle était dans 57,2 % lié à son efficacité et son coût bas. 14,8 % des plantes utilisées sont connus toxiques et 96,7 % de notre population ont une idée sur la toxicité des plantes. La voie orale était la voie d’administration la plus privilégiée. Les feuilles représentaient la partie la plus utilisée dans la phytothérapie traditionnelle (27,5 %). La décoction représentait 39,9 % du mode d’utilisation suivie de l’infusion. La dose est généralement approximative dans 85,2 %. Sur l’ensemble des maladies traitées, les affections digestives représentent les maladies les plus citées.