John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Segmenter les paysages de l’eau : une méthode pour l’interprétation hydrodynamique des paysages (Dorsale tunisienne) Volume 18, numéro 3, septembre 2007

Auteurs
Laboratoire d’étude des interactions entre sol, agrosystème et hydrosystème (UMR LISAH), 2, place Viala, 34060 Montpellier, Laboratoire d’étude des interactions entre sol, agrosystème et hydrosystème (UMR LISAH), Institut de recherche pour le développement (IRD)-Tunis, Université de Lyon, UMR 5600 CNRS « Environnement Ville Société », ENS-LSH 69000 Lyon
  • Mots-clés : bassin-versant, dégradation des sols, eau, érosion, hydrogéologie, lutte antiérosive, paysage, Tunisie
  • DOI : 10.1684/sec.2007.0090
  • Page(s) : 149-60
  • Année de parution : 2007

Le problème de l’eau apparaît comme le fil conducteur essentiel de l’analyse des paysages méditerranéens, particulièrement en Tunisie où ces milieux sont entièrement aménagés dans le sens d’une plus grande maîtrise de l’eau. Cette étude a été réalisée sur deux petits bassins-versants situés dans la Dorsale tunisienne, qui font partie d’un réseau de bassins-versants défini et suivi par l’Institut de recherche pour le développement (IRD)-Tunis dans le cadre du programme AMBRE. L’accent est mis sur l’importance et la complémentarité des techniques de photo-interprétation et de terrain. Cet article cherche à apporter des réponses aux questionnements paysagers abordés sous l’angle de la « Science du paysage » – appliquée ici à la segmentation hydrodynamique des paysages. Cette recherche vise à mieux cerner et comprendre l’organisation des paysages en segments, leurs comportements hydrodynamiques à l’échelle du bassin-versant, ainsi que l’impact global des aménagements sur ces milieux. Comment s’organisent les paysages ? Quels sont les comportements hydrodynamiques de ces derniers ? Quel est l’impact de tous les aménagements réalisés dans ces milieux méditerranéens ? La notion de segmentation du paysage, extraite de la méthode de la « Science du paysage » est-elle pertinente dans la compréhension de ces dynamiques paysagères ?