John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Sécheresses, crises climatiques et oscillations téléconnectées du climat depuis cent ans Volume 3, numéro 1, Mars 1992

Auteurs
Institut Français de Recherche Scientifique pour le Développement en Coopération (ORSTOM), Instituto Astronomico e Geofisico (IAG), CP 30 627, 01051 Sao Paulo, SP Brasil, Centre de Sédimentologie et de Géochimie de la Surface, UPR CNRS 6251, 1, rue Blessig, 67084 Strasbourg Cedex, France.
  • Page(s) : 25-36
  • Année de parution : 1992

Les oscillations du climat sont définies à partir des fluctuations de différents paramètres comme les précipitations, le drainage continental ou le débit des fleuves, la température et l’humidité relative de l’air, le niveau des lacs, l’enneigement, l’avancée ou le recul des glaciers, etc. Les oscillations du climat au cours des cent dernières années sont étudiées ici à différentes échelles : grands bassins fluviaux, continents ainsi qu’à celle plus générale du globe terrestre. Ces fluctuations sont comparées aux variations de la circulation atmosphérique caractérisée elle aussi par différents paramètres tels que l’ENSO (El Niño Southern Oscillation) ou SOI (Southern Oscillation Index) et la position du FIT (Front Intertropical) ou ITCZ (Intertropical Convergence Zone). Cette analyse montre que les crises du climat, sécheresses ou déluges, périodes sèches ou humides, sont des phénomènes quasi périodiques, multi-périodiques et donc polycycliques. Les ondes de sécheresse correspondant à de hautes pressions et les ondes d’humidité à de basses pressions parcourent les continents, se propagent à travers le monde et apparaissent ainsi comme téléconnectées. A l’échelle du siècle écoulé, les oscillations du climat apparaissent être l’effet d’une distribution régionale variable mais quasi cyclique de la pluie et de la température, à bilan radiatif global constant, plutôt que comme l’effet d’une distribution régionale constante, à bilan radiatif global variable.