JLE

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Moudjeria, un village mauritanien face à la désertification Volume 4, numéro 1, Mars 1993

Auteur
Département de géographie, Université d’Avignon Faculté des Lettres et Sciences humaines BP 2013 84023 Avignon Cedex, France.
  • Page(s) : 31-6
  • Année de parution : 1993

Construite au pied du versant ouest du plateau du Tagant, Moudjeria, étape sur l’unique piste qui relie le Tagant à la « route de l’Espoir » (Nouakchott-Néma : 1 060 km, un des rares axes goudronnés en Mauritanie), est une petite ville d’origine coloniale. C’est également la dernière bourgade de la plaine. Poste militaire français à l’origine, elle est devenue progressivement le centre administratif (préfecture) et commercial du Tagant oriental. Les coupes de bois nécessaires aux constructions des forts et des maisons ainsi que la crise climatique actuelle ont entraîné la déforestation du secteur et son ensablement. Moudjeria est aujourd’hui enserrée entre le plateau et un erg de sable vif ; à la saison sèche, la piste est presque en permanence obstruée par des amas sableux. Le petit commerce de redistribution, la principale activité du village, en souffre considérablement. Un manque d’infrastructures scolaires entravait également, jusqu’en janvier 1992 (construction d’un collège), son développement. Les tentatives de reboisement ont jusqu’à ce jour échoué. Si aucune mesure efficace n’est prise rapidement, l’asphyxie est certaine avec, en parallèle, l’enclavement du Tagant.