John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

Les bénéfices de la prévision saisonnière pour l’agriculture en Afrique de l’Ouest Volume 24, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2013

Auteurs
Université Pierre et Marie Curie IRD - LOCEAN/IPSL 4, place Jussieu 75252 Paris cedex 05 France, CNRS Cired Nogent-sur-Marne cedex Campus du Jardin Tropical 45 bis, avenue de la Belle Gabrielle 94736 Nogent-sur-Marne cedex France
  • Mots-clés : Afrique de l’Ouest, agriculture, évaluation économique, prévisions saisonnières
  • DOI : 10.1684/sec.2013.0398
  • Page(s) : 304-13
  • Année de parution : 2013

Réduire l’insécurité alimentaire est un enjeu majeur pour le futur de l’Afrique subsaharienne où l’augmentation rapide de la population et les retombées potentiellement négatives du changement climatique menacent l’équilibre fragile du continent. Dans le domaine de l’agriculture, être en mesure d’anticiper les fluctuations climatiques quelques jours à quelques mois à l’avance peut faire une vraie différence dans les stratégies d’adaptation des populations africaines face à ces changements. Cependant, même s’il existe un système opérationnel de prévisions saisonnières de la mousson en Afrique de l’Ouest depuis 1998, il est difficile d’en évaluer les retombées réelles pour l’agriculture car la diffusion de ces prévisions et leur adoption par les agriculteurs sont trop partielles pour permettre une évaluation ex post. L’évaluation doit donc se faire de manière ex ante en utilisant des approches permettant d’évaluer les bénéfices des prévisions avant même leur adoption par les paysans. Cet article s’appuie sur deux études récentes pour faire une synthèse de ce type d’approches ex ante et de leurs résultats pour l’évaluation des bénéfices potentiels de l’utilisation de la prévision climatique pour les agriculteurs en Afrique de l’Ouest. Bien que portant sur des exploitations agricoles africaines où les conditions climatiques et socio-économiques sont différentes, les deux études ont montré que les agriculteurs peuvent tirer un bénéfice en termes d’augmentation de revenu et de réduction du risque grâce à l’utilisation de la prévision saisonnière en dépit de son incertitude et de son imperfection. Ce bénéfice diffère néanmoins selon le type d’années et le type d’exploitations considérées et ces différences soulignent la difficulté de généraliser les résultats sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et le besoin de répéter ce type d’exercice en prenant soin de varier les conditions environnementales et socio-économiques des exploitations africaines. Enfin, même si son utilisation semble être bénéfique pour les agriculteurs, le système de prévisions saisonnières actuel a ses limites. En effet, il ne répond que partiellement aux attentes des utilisateurs en se focalisant sur le cumul pluviométrique saisonnier alors que les variables les plus pertinentes pour la stratégie agricole sont le démarrage et la fin de la saison des pluies ainsi que la distribution des pluies à l’intérieur de la saison de mousson.