JLE

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

L’eau et la production végétale Volume 4, numéro 2, Juin 1993

Auteur
INRA Bordeaux, Laboratoire de Bioclimatologie, BP 81, 33883 Villenave-d’Ornon, France.
  • Page(s) : 75-83
  • Année de parution : 1993

La transpiration et la photosynthèse d’une feuille peuvent être exprimées par des analogies électriques reliant flux, concentrations (potentiels) et résistances. On en tire une expression de l’efficience de l’eau à cette échelle et des ordres de grandeurs pour différents types de plantes : C 3, C 4, CAM. On passe ensuite à des grandeurs plus globales - rendement, évapotranspiration - et à leurs relations ; la consommation d’eau est souvent calculée à partir du stock d’eau disponible du sol. Une critique de ces approches simplificatrices est présentée. La dernière partie indique dans quelle mesure on peut envisager de tirer le meilleur parti de l’eau disponible.