John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Le cyprès du Tassili : caractérisation floristique et écologique Volume 16, numéro 1, Mars 2005

Auteurs
Département de botanique, Institut national agronomique (Ina), 16200 El Harrach Algérie, Institut national de recherche forestière (INRF), Arboretum de Bainem, BP 37, Cheraga Algérie, Direction de la faune, pêche et pisciculture, BP 721, Niamey, Niger
  • Mots-clés : Ressource végétale, Flore, Sahara
  • Page(s) : 61-6
  • Année de parution : 2005

Parmi les espèces remarquables de la flore du Tassili N’Ajjer (Sahara Central), la plus célèbre est sans aucun doute le cyprès du Tassili, témoin et relique des périodes humides du Sahara. Nombreux sont les travaux portant sur sa chorologie, sa conservation ou encore sa valorisation génétique. Peu d’études ont porté sur l’écologie du cyprès et le groupement dans lequel il se trouve. C’est l’objectif du présent travail. La zone étudiée est la vallée des cyprès de Tamrit à environ 40 km au nord-est de Djanet sur le plateau du Tassili. L’analyse de 19 relevés fait ressortir un groupement à Pulicaria crispa et Deverra scoparia. Les espèces dominantes sont toutes saxicoles et contribuent à imprimer une physionomie particulière où l’élément rocheux ressort fortement. Ce groupement se rattache aisément aux unités supérieures des Lavanduletea antineae Quezel 1965. L’analyse de la position du cyprès au sein du groupement lui confère le statut d’espèce compagne. La très large répartition écologique de la majorité des espèces qui accompagnent le cyprès et la non-régénération de ce dernier militent fortement en faveur d’une indépendance entre le groupement identifié en équilibre avec les conditions climatiques actuelles et le cyprès relique de périodes plus humides.