JLE

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Importance de la haie vive isohypse sur la gestion de l'eau du sol et le rendement des cultures dans un bassin versant de Thyssé-Kaymor, Sénégal Volume 12, numéro 1, Mars 2001

Auteurs
ISRA/CRA, BP 53, Bambey, Sénégal

La surexploitation de la végétation du plateau cuirassé de Keur Dianko, terroir villageois de la communauté rurale de Thyssé-Kaymor (13°45' N ; 15°40' O), et la réduction du temps de jachère ont fragilisé les sols superficiels et donné naissance au ruissellement. Les haies vives isohypses sont des aménagements de petite hydraulique agricole, utilisés au Sahel pour limiter le ruissellement et l'érosion des terres agricoles. L'étude de son importance sur la gestion de l'eau du sol et sur le rendement des cultures s'est déroulée dans les zones de cultures situées sur le glacis de la toposéquence d'un bassin versant de Keur Dianko. Après quatre années d'installation, le suivi du réseau de douze haies vives constituées de onze espèces ligneuses [Acacia nilotica var. adansonii VG.Perr, Acacia senegal (L.) Willd, Acacia seyal Del., Acacia mellifera, Bauhinia rufescens Lam., Dichrostachys glomerata (Forsk) Chiov., Piliostigma reticulatum (D.C.) Hochst., Ziziphus mauritiana Lam., Gliricidia sepium, Parkinsonia aculeata Lam., Prosopis chilensis (Mol.) Stuntz], plantées à partir de 1988, a montré : une plus importante humidité suivie d'un front d'humectation plus profond au niveau des profils situés entre 0,5 et 1 m de la haie vive que ceux entre 2 et 5 m ; une meilleure infiltration de l'eau en amont qu'en aval de la haie vive ; une forte différenciation des stocks hydriques en fonction des saisons et de la distance à la haie (entre 0,5 et 1 m, le stockage est plus important en amont qu'en aval, et entre les saisons humide et sèche, l'écart entre les profils est de 80 mm). Cette amélioration du profil et du stock hydriques près de la haie s'accompagne curieusement de baisses de rendement, plus fortes chez le mil que chez l'arachide. Les causes réelles de ce déclin seraient liées à la concurrence exercée par les arbres sur les cultures ou à des phénomènes de toxicité racinaire.