John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Histoire hydraulique et agricole et lutte contre la salinisation dans le delta du Nil Volume 6, numéro 4, Décembre 1995

Auteur
Orstom, Laboratoire d’études agraires, BP 5045, 34032 Montpellier cedex 1, France
  • Page(s) : 307-17
  • Année de parution : 1995

La vallée du Nil peut être présentée comme une immense oasis dont l’existence dépend de la gestion d’une unique source hydraulique, partagée tout au long des segments de vallées et des quartiers du delta. Durant 5 000 ans, l’alternance d’inondation et d’assèchement en profondeur des sols argileux permettait de drainer les sels alluviaux, condition primordiale de maintien de la fertilité. Le début des aménagements d’irrigation pérenne est contemporain. Dès 1820-1830, l’administration centrale dirigée par Mohammed Ali concentre ses efforts sur l’étiage du Nil et réoriente les canaux d’épandage de crue en canaux surcreusés de répartition des basses eaux du Nil, afin d’obliger les communautés paysannes à cultiver une nouvelle plante : le cotonnier. À la fin du XIX e siècle et au début du XX e siècle, une crise majeure touche la culture cotonnière et doit être imputée essentiellement à deux phénomènes concomitants : la salinisation des terres irriguées et le développement des parasites. Dans les années 1900-1920, Audebeau rend compte de ses expériences relatives à l’influence de la nappe souterraine sur les cultures. Pendant près d’un siècle, l’irrigation avait été pratiquée sans aucun réseau de drainage artificiel. A la suite de ces observations, l’État met en place un vaste réseau de drains à ciel ouvert. Après l’édification du Haut Barrage d’Assouan en 1964, l’intensification culturale entamée au XIX e siècle se poursuit avec la généralisation de la double culture annuelle. Encore une fois, l’effort des aménagistes sur l’irrigation se traduit par un retard sur le drainage devenu très insuffisant. Il faut attendre les années 80 et 90 pour voir le drainage réajusté à l’intensité des apports en eau. Des enseignements utiles sur les risques de salinisation peuvent être dégagés pour comprendre ce qui peut advenir dans d’autres régions irriguées du monde.