John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Evolution récente des lithométéores en Mauritanie Volume 11, numéro 1, Mars 2000

Zeineddine Nouaceur

Thèse de doctorat en géographie soutenue en janvier 1999 à l'université Lyon-III

Les lithométéores représentent des types de temps caractéristiques des régions arides et semi-arides. Depuis les années 70, les fréquences des observations de ces types de temps en Mauritanie ont connu des taux jamais égalés. Cette situation exceptionnelle coïncide avec le début d'une sécheresse climatique qui a caractérisé toute la région sahélienne et l'Afrique de l'Ouest. La dégradation de l'environnement mauritanien et sahélien qui découle de ce déficit pluviométrique est l'élément précurseur de cette nouvelle tendance.

L'analyse de ces types de temps a pour but d'étudier leur typologie et les facteurs déclencheurs aux situations observées. Elle vise aussi la connaissance du matériel transporté et des trajectoires éoliennes probables qui concernent le transport des particules et des sables sur de longues distances.

Dans l'introduction de cette thèse, l'accent est mis sur la typologie complexe des lithométéores et la problématique inhérente à leur observation. Les brumes sèches, les brumes de poussière, les chasse-sable et les tempêtes de sable constituent ainsi des phénomènes à part entière que seule l'observation météorologique différencie. Dans la première partie, l'étude de la dynamique aérologique qui conditionne l'apparition et la formation des lithométéores est abordée. Ainsi, dans leur déferlement incessant depuis l'Arctique, les anticyclones mobiles polaires (AMP) touchent l'Afrique du Nord selon les trajectoires atlantiques, scandinaves et islandaises. Ces cellules qui arrivent sur la région buttent sur les reliefs, ce qui provoque leur ralentissement et leur étalement et la formation d'une agglutination anticyclonique (AA). L'AA saharo-méditerranéenne forme ainsi la clé de voûte du système qui contrôle les lignes de pulsation de l'alizé continental et qui dirige un régime d'est très favorable à l'apparition de nuages de poussière et de lithométéores. Lorsque ces conditions sont réunies, les lithométéores persistent plusieurs jours sur la Mauritanie et l'Afrique de l'Ouest. Ces conditions dynamiques sont celles aussi qui imposent la siccité pluviométrique sur la Mauritanie. Le climat à tendance aride qui règne sur le pays est ponctué cependant d'une saison pluvieuse (hivernage) conséquente à l'arrivée de la mousson atlantique qui accompagne la remontée de l'Équateur météorologique incliné vers les latitudes septentrionales.

Dans la deuxième partie de cette thèse, la dynamique éolienne et la connaissance du milieu naturel sont abordées. Le relief mauritanien est dominé par la platitude des formes et seuls quelques plateaux ponctuent le paysage. Les formation dunaires sont imposantes par leur abondance et leur diversité. L'ensablement est important et l'action éolienne s'exprime pleinement sur le paysage. Cette action est considérablement favorisée par la faible densité du couvert végétal, notamment dans la partie méridionale et septentrionale du pays. La sécheresse climatique qui sévit au Sahel depuis les années 70 a fragilisé la végétation et provoqué l'appauvrissement des sols. Les substrats mauritaniens se révèlent ainsi fortement érodés et très vulnérables à l'action éolienne. Les lithométéores se chargent ainsi d'une poussière de couleur ocre (pellicule rousse) caractéristique de ces latitudes. L'analyse de ces poussières a révélé l'importance des grains soudés de quartz émoussés luisants avec quelques marques d'éolisation et de grains oxydés. Les cassures vives témoignent des chocs multiples subis lors du transport éolien, l'aspect déchiqueté des micros grains dévoile les effets de la saltation ou de la corrasion du quartz qui s'exercent sur les substrats. Les alizés qui véhiculent ces particules soufflent selon des directions dominantes est et nord-est pour l'irifi, nord et nord-ouest pour l'alizé maritime et nord pour l'alizé maritime continentalisé. En plus des directions des vents qui témoignent des trajectoires éoliennes des poussières et des sables, les vitesses déterminent l'efficacité géomorphologique de l'action éolienne. Les fréquences des vents de faibles vitesses dominent les observations effectuées en Mauritanie. Le potentiel du mouvement des sables calculé selon Fryberger (1975) s'est révélé, en revanche, important en comparaison avec les indices calculés pour d'autres régions arides.

Dans la troisième partie, une étude statistique permet de régionaliser les observations des différents types de lithométéores. Ainsi, les sites d'abri sont plus favorables à l'apparition des brumes sèches et de poussière. Les sites les plus exposés ont montré une forte prédisposition aux chasse-sable. Les stations orientales témoignent quant à elles d'une plus grande fréquence des tempêtes de sable. La variation saisonnière de ces phénomènes dévoile les conditions les plus propices durant la saison fraîche et le pré-hivernage, périodes durant lesquelles s'intensifie la circulation méridienne. L'augmentation des fréquences des lithométéores témoigne d'une nouvelle tendance du climat. L'analyse de l'évolution récente traduite par l'étude des pressions, du vent et de la pluviométrie, révèle d'importantes modifications intervenues avec le début des années 70 et qui se confirment et s'intensifient à partir des années 80. Les pressions augmentent dans plusieurs régions. Les vents affichent des changements de directions mais qui sont plus spécifiques à quelques stations. Les précipitations accusent toujours un déficit amorcé dès l'année 70. Coïncidant exactement avec l'amorce de cette nouvelle situation, l'augmentation de tous les phénomènes lithométéoriques débute à partir de cette date.

L'augmentation des concentrations de poussières dans l'air évaluée par la recrudescence de tous les types de lithométéores, mais aussi par l'augmentation sensible des brumes de poussières pose un nouveau problème d'environnement lié à une pollution de l'air par les effluents terrigènes. Cette nouvelle forme d'altération de la qualité de l'air est grave dans la mesure où des conditions aérologiques très favorables (sur le littoral et le sud-ouest) accentuent la durée de suspension des particules. Dans les plus grandes villes, ce problème, conjugué à la pollution automobile (polluants chimiques et particules), qui est très importante du fait d'un parc automobile âgé (plus de 75 % des véhicules ont plus de 10 ans d'âge) et qui s'accroît d'année en année, risque de poser des problèmes sérieux dans un futur très proche. L'une des conséquences les plus inattendues d'une telle situation a été la hausse des températures minimales dans les villes concernées par l'observation des plus importantes fréquences des lithométéores. Cette augmentation révèle ainsi l'existence d'un effet de serre urbain et nécessite une réelle prise en compte de ces phénomènes.

Zeineddine Nouaceur


   
   Photo 1. Altération de la visibilité par la brume de poussière à Nouakchott le 2 juillet 1993 à 12 h (carrefour ASECNA, cliché Z. N.).



   
   Photo 2. Une journée sans lithométéores à Nouakchott le 8 juillet 1993 à
12 h (carrefour ASECNA, cliché Z. N.).