John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Évolution de la recharge de la nappe phréatique de la plaine de Kairouan (Tunisie centrale) déduite de l’analyse géochimique Volume 20, numéro 1, janvier-février-mars 2009

Auteurs
Laboratoire de radio-analyses et environnement ENI Sfax BP W 38 Sfax Tunisie, IRD, UMR HSM et UMR G-EAU Université Montpellier-II CC MSE 34095 Montpellier cedex France, Centre national des sciences et technologies nucléaires, 2020 Sidi-Thabet, Tunisie, Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux Montfleury 1008 Tunis Tunisie, Direction générale des ressources en eau Rue de la Manoubia Tunis Tunisie
  • Mots-clés : barrage, hydrogéochimie, isotopes, recharge naturelle, Tunisie
  • DOI : 10.1684/sec.2009.0160
  • Page(s) : 87-95
  • Année de parution : 2009

La nappe phréatique de la plaine de Kairouan (Tunisie centrale semi-aride, 3 000 km 2) est comprise dans les formations détritiques alluviales du Plio-quaternaire. Cet aquifère d’une grande importance régionale pour l’agriculture irriguée (céréales, cucurbitacées) subit, depuis plusieurs décennies, une forte pression anthropique due à une surexploitation locale des ressources, et à la construction de barrages de protection contre les crues à son amont dans les années 1980. Les analyses chimiques et isotopiques indiquent que la recharge naturelle de cet aquifère était tributaire des anciennes crues des oueds Zeroud et Merguellil en période antébarrages. Les eaux souterraines montrent une bonne homogénéité de faciès chimique, généralement explicable par des processus d’interaction eau-roches sédimentaires. Une approche isotopique basée sur des analyses des isotopes de la molécule d’eau ( 18O, 2H, 3H) et ceux du CITD ( 14C, 13C) a permis d’identifier des processus de recharge localisés de l’aquifère à partir des fuites non maîtrisées du barrage El Haouareb et des lâchers occasionnels du barrage de Sidi Saad.