John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Effet des récentes perturbations climatiques sur la phéniciculture dans le sud-est du Niger Volume 4, numéro 1, Mars 1993

Auteur
INRA Station de recherches phénicicoles de Kojiméri Projet palmeraie Diffa Goudoumaria, Niger.
  • Page(s) : 7-16
  • Année de parution : 1993

Au Niger, la baisse générale de la pluviométrie, enregistrée depuis une vingtaine d’années, a eu d’importantes conséquences sur l’environnement et le milieu humain. Dans les zones initialement sous dominance climatique saharienne, ces déficits pluviométriques n’ont fait, le plus souvent, qu’aggraver une situation déjà précaire. Dans les zones plus septentrionales, qui sont progressivement passées d’un climat sahélo-soudanien à un climat sahélo-saharien, ces déficits ont provoqué des modifications environnementales sans précédent. Ces dernières ont conduit les agriculteurs à amorcer des changements dans leurs techniques agro-pastorales et à s’intéresser à des cultures mieux adaptées à leur milieu. Dans le cas des palmeraies traditionnelles situées dans le nord du Niger, cette situation a modifié considérablement leur fonctionnement ; elle a provoqué une baisse progressive de l’activité phénicicole ainsi qu’une diminution des échanges commerciaux avec le reste du pays. Parallèlement, suite à ces perturbations, les palmeraies situées plus au sud sont devenues, par le repli de la nappe phréatique, compatibles avec la pratique de l’agriculture et de l’arboriculture fruitière et, plus particulièrement, de la phéniciculture. La phéniciculture a été ainsi progressivement réhabilitée et la production dattière, bien qu’encore limitée, est devenue une source de revenu non négligeable pour les agriculteurs. Actuellement, compte tenu des caractéristiques de cette culture et des améliorations techniques immédiates et futures que l’on peut envisager, on peut spéculer sur sa progression graduelle, sous réserve que soit assurée la production de variétés de bonne qualité, indispensable à l’extension du rayonnement économique de cette zone.