John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Prévalence du paludisme maternel, placentaire et du petit poids de naissance au cours du travail d’accouchement et en post-partum en milieu périurbain à Bamako (Mali) Volume 21, numéro 1, Janvier-Mars 2011

Auteurs
Université de Bamako Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie (FMPOS) Malaria Research and Training Center (MRTC) BP 1805 Bamako Mali

Le paludisme chez la femme enceinte constitue un problème majeur de santé publique par ses conséquences graves pour la mère et le nouveau-né. Conformément aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Mali a adopté un ensemble d’interventions pour lutter contre le paludisme chez la femme enceinte qui comprend l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide (MII), un traitement préventif intermittent (TPI) utilisant la sulfadoxine-pyriméthamine et une bonne prise en charge des cas de paludisme et d’anémie. C’est ainsi qu’une étude transversale a été menée en milieu périurbain de Bamako pour évaluer les paramètres paludométriques chez la femme enceinte et du nouveau-né, sur une période de dix mois. À l’accouchement, les gouttes épaisses périphériques des mères et des nouveau-nés, ainsi que du sang du cordon ombilical et du placenta ont été examinés. Au total, un échantillon de 379 parturientes âgées de 15 à 45 ans avec une moyenne d’âge de 23 ± 5,7 ans a été inclus dans l’étude. Les prévalences de l’infection maternelle, placentaire et du cordon ombilical étaient respectivement de 2,4, 1,6 et 0,5 % et celle des MII était de 81 %. Le taux d’utilisation du TPI avec la sulfadoxine-pyriméthamine (SP) était de 72 %, la prévalence du petit poids de naissance était de 12 %. Cette étude a mis en évidence une large couverture en TPI/SP et en MII dans la circonscription de Sabalibougou qui est compatible avec une faible prévalence du paludisme chez les femmes enceintes.