John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Prévalence des accidents cutanés liés à l’utilisation de cosmétiques dépigmentants chez les femmes à Lomé Volume 7, numéro 3, Mai-Juin 1997

Auteurs
Service de dermatologie, clinique de référence MST, BP 81056, Lomé, Togo.
  • Page(s) : 161-4
  • Année de parution : 1997

L’utilisation des produits cosmétiques entraînant une dépigmentation par les femmes africaines est un fait de société bien documenté. Malheureusement, cette pratique n’est pas anodine car elle est la source d’effets secondaires cutanés et/ou généraux. Cette étude a eu pour objectifs de déterminer la prévalence des accidents cutanés liés à cette pratique à Lomé et de relever les facteurs pouvant influencer la survenue des complications. Ainsi, sur 536 femmes utilisatrices de ces produits, 371 (69,2 %) ont présenté au moins une complication dermatologique. Les produits utilisés étaient les dérivés mercuriels (30,9 %), les dérivés de l’hydroquinone (24%), les dermocorticoïdes (18,5%) et certains produits dépigmentants de composition inconnue (25,26%). Les principales complications étaient les hypopigmentations (62,8 %), les hyperpigmentations (2,7%), les leucomélanodermies (8,1%), les troubles trophiques (14,8%) et l’acné (11,6%). Leur prévalence était significativement élevée quand la durée d’utilisation des produits dépigmentants était supérieure ou égale à deux ans (p<0,05), et étroitement associée à l’utilisation simultanée de plusieurs familles de produits provoquant une dépigmentation (p<0,05). Les résultats de cette étude montrent que plus des deux tiers des utilisatrices de ces produits présentent au moins un accident cutané lié à cette pratique et que la survenue des complications est associée à la durée d’utilisation et à l’association de plusieurs familles de produits.