John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Nouvelles acquisitions diagnostiques et thérapeutiques sur les tumeurs stromales digestives : à propos de cinq cas Volume 15, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2005

Auteurs
Clinique médicale « C », CHU Ibn Sina, Rabat Maroc., Cabinet d’anatomopathologie, Avenue des Nations unies, Agdal-Rabat Maroc.

Introduction : les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) sont les tumeurs mésenchymateuses les plus fréquentes du tube digestif. Elles ont connu récemment beaucoup de progrès tant sur le plan diagnostique que thérapeutique. Les auteurs rapportent leur expérience pour 5 cas de GIST. Observations : l’étude a concerné 5 patients – 3 hommes et 2 femmes – d’une moyenne d’âge de 39,8 ans au moment du diagnostic. Les circonstances de découverte, les caractéristiques cliniques et morphologiques ont été décrites. Le siège des GIST a concerné l’œsophage (1 cas), l’estomac (2 cas), l’intestin grêle (1 cas) et le mésentère (1 cas). La taille tumorale était de 4 à 20 cm. Chez un patient, au moment du diagnostic, des métastases hépatiques ont été mises en évidence. Une étude immunohistochimique a été réalisée dans tous les cas : l’immunomarquage au CD34, CD117, PS 100 a été positif dans tous les cas, et l’actine musculaire lisse a été positive dans 2 cas. Tous les patients furent opérés et un patient a bénéficié d’une chimiothérapie mais mal suivie. Aucun des patients n’a pu bénéficier du traitement par imatinib, et sur un recul moyen de 40 mois, 1 patient a fait une carcinose péritonéale à 1 an, 3 patients des métastases hépatiques à 2 ans, dont une est décédée. Discussion : nos observations sont originales de par la rareté de la localisation de GIST, surtout pour la localisation œsophagienne et mésentérique. Les cas ont été discutés tout en faisant le point sur les nouvelles acquisitions diagnostiques et thérapeutiques (immunohistochimie, biologie moléculaire) et thérapeutiques (imatinib) ainsi que sur l’étude des critères histopronostiques. Conclusion : les GIST doivent être d’autant plus reconnues que ce sont les tumeurs mésenchymateuses les plus fréquentes du tube digestif et en espérant que les nouvelles avancées thérapeutiques puissent changer leur pronostic.