John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

La consommation de manioc n’intervient pas dans la genèse du goitre endémique en zone rurale sénégalaise Volume 9, numéro 2, Mars - Avril 1999

Auteurs
Laboratoire de nutrition tropicale ; Laboratoire de chimie, ORSTOM, BP 1386, Dakar, Sénégal, Mission française de coopération, Ambassade de France, Dakar, Sénégal, Service de l’alimentation et de la nutrition au Sénégal, Direction de l’hygiène et de la santé publique, ministère de la Santé publique et de l’Action sociale, Dakar, Sénégal.
  • Page(s) : 93-9
  • Année de parution : 1999

À l’occasion d’une enquête épidémiologique sur la carence en iode au Sénégal oriental et en Casamance, une étude ancillaire a été menée chez 585 ménages résidant dans 3 zones d’endémie goitreuse afin de déterminer la part respective de la carence en iode (définie par l’iodurie moyenne des membres du ménage) et de la consommation de manioc (estimée par la fréquence de consommation d’aliments à base de manioc) dans l’apparition du goitre. La consommation d’aliments à base de manioc, même régulièrement, ne paraît pas en cause ni comme facteur isolé, ni comme facteur de risque additionnel dans la genèse du goitre endémique dans cette région d’Afrique en raison des méthodes traditionnelles de préparation auxquelles les racines de manioc sont soumises avant consommation. Seule la carence en iode joue un rôle déterminant dans cette genèse. Cette endémie devrait donc rapidement disparaître grâce à la commercialisation de sel iodé, dont la mise en place est actuellement en cours au Sénégal.