JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Étude de la couverture vaccinale chez les enfants de 0 à 5 ans à Libreville (Gabon) Volume 20, numéro 4, octobre-novembre-décembre 2010

Auteurs
Université des sciences de la santé Faculté de médecine Département de pédiatrie BP 4009 Libreville Gabon, Université des sciences de la santé Faculté de médecine Département de parasitologie-mycologie et médecine tropicale Unité d'épidémiologie clinique et biostatistiques BP 4009 Libreville Gabon

L'amélioration de la couverture vaccinale est due à l'efficacité des stratégies employées à savoir l'intégration du Programme élargi de vaccination (PEV) aux soins de santé primaires, l'intégration des vaccins hors PEV, la vaccination par des centres de santé périphériques selon des stratégies fixes et avancées, les campagnes de sensibilisation et celles de rattrapage. Une enquête transversale a été réalisée dans les structures de santé du secteur public et privé de la commune de Libreville afin d'estimer le taux de couverture vaccinale pour chaque antigène du PEV et hors PEV. Au total, 1 001 enfants âgés de 0 à 59 mois ont été inclus. Les antigènes utilisés dans le PEV avaient des taux de couverture vaccinale plus élevés dans le secteur privé (plus de 80 à 99 % pour certains antigènes) chez les enfants de 0 à 11 mois. Pour l'ensemble des enfants vus, la cicatrice au bacille de Calmette et Guérin (BCG) a été retrouvée chez 98,5 % d'enfants et près de 90 % avaient reçu la troisième dose de DTC-VPO/IPV (diphtérie-tétanos-coqueluche-vaccin polio oral/vaccin polio injectable) dans le secteur privé et seulement près de 74,5 % dans le public. Près de 82,5 % étaient vaccinés contre la rougeole dans le privé et seulement 64,4 % dans le public. Les taux de couverture vaccinale pour certains antigènes hors PEV, notamment les vaccins recommandés, variaient de 50,8 à 74,2 % dans les structures privées et de 6,2 à 32,5 % dans les structures publiques. Les taux les plus faibles ont été retrouvés avec le vaccin antipneumococcique, 3,2 % dans le privé et 0,8 % dans le public. La couverture vaccinale des enfants de moins de cinq ans à Libreville est meilleure dans le secteur privé tant pour les antigènes du PEV que pour les autres vaccins hors PEV. L'intégration des rappels vaccinaux dans le PEV ainsi que l'amélioration de la sensibilisation et de l'information seraient des conditions indispensables pour une meilleure fréquentation des structures sanitaires et donc une meilleure couverture vaccinale.