John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Effets d’un exercice musculaire préliminaire sur la température centrale, les pertes hydriques et la performance physique Volume 6, numéro 6, Novembre-Décembre 1996

Auteurs
Département de biologie et physiologie animales. Faculté des Sciences, Université de Douala, BP 5769, Douala, Cameroun, Département de physiologie, Faculté de Médecine et de Sciences biomédicales. Université Yaoundé I, BP 4155, Yaoundé, Cameroun. S.L, Département de biologie, École normale supérieure, Université de Yaoundé I, BP 47, Yaoundé, Cameroun.
  • Page(s) : 393-6
  • Année de parution : 1996

Trente et un sujets de sexe masculin non entraînés et âgés de 21 à 30 ans (âge médian : 25,12 ± 2,92) ont été soumis à des épreuves physiques sur un ergocycle afin d’évaluer les effets d’un exercice musculaire préparatoire sur la température centrale, sur les pertes hydriques et sur la performance d’un exercice consécutif. Chaque sujet a subi deux tests de travail à 75 % de sa puissance maximale aérobie (Pma). L’un (T - EP) était sans exercice préliminaire (EP) et l’autre (T + EP) avec un exercice préliminaire à 50 % de sa Pma pendant 15 minutes. Le travail était effectué jusqu’à épuisement et suivi d’une période de 30 minutes de récupération inactive. Nous avons trouvé que : - le taux d’élévation de la température centrale au cours du travail consécutif à l’exercice préparatoire était inférieur à celui du travail sans exercice préparatoire ; - bien que la quantité de travail et les pertes hydriques (pertes pondérales) aient été significativement plus importantes (p < 0,01) au cours du test T + EP, la température centrale à la fin du travail des deux tests était pratiquement identique ; - le taux d’abaissement de la température centrale trouvé à la trentième minute de la récupération de T + EP était supérieur à celui de T - EP ; - vingt-cinq sujets, soit 80,65 %, avaient amélioré leur performance en endurance et six, soit 19,35 %, l’avaient réduite. Nous avons conclu que l’exercice préliminaire permettait une meilleure régulation thermo-hydrique en modérant l’élévation de la température lors d’épreuves physiques d’endurance et en augmentant plutôt les pertes hydriques, qui pouvaient être compensées par l’ingestion de boissons. Ceci offre la possibilité au sportif d’améliorer sa performance en endurance.