John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

Application au Mozambique de stratégies diagnostiques OMS de l’infection par le VIH Volume 9, numéro 2, Mars - Avril 1999

Auteurs
Laboratoire de biologie clinique, Hôpital d’instruction des armées, 13998 Marseille Armées, France, IMTSSA, Le Pharo, 13998 Marseille Armées, France, CTSA, 1, rue Lieutenant-Raoul-Batany, 92140 Clamart, France.
  • Page(s) : 111-4
  • Année de parution : 1999

Pour pallier les problèmes diagnostiques de l’infection par le VIH dans les pays en développement, l’OMS propose des algorithmes simplifiés fondés sur des tests réalisés de manière séquentielle, sans confirmation par Western-Blot. Les auteurs se sont placés dans les conditions ordinaires de diagnostic d’un service de médecine interne à Maputo (Mozambique). Les 402 échantillons de sérum recueillis avec le consentement des malades ont, dans un premier temps, été testés selon les recommandations de la législation française (2 tests immunoenzymatiques simultanés et confirmation par Western-Blot quand au moins l’un d’entre eux est positif), ce qui a permis de mettre en évidence 53 séropositifs pour le VIH1 et 1 séropositif pour le VIH2. Dans un second temps, 2 algorithmes ont été éprouvés, l’un établi pour une séroprévalence attendue de l’infection à VIH inférieure à 10 %, l’autre pour une séroprévalence attendue supérieure à 10 %. Aucun des deux n’a eu de rendement suffisant pour qu’une stratégie diagnostique puisse être élaborée. Les auteurs concluent à la nécessité, d’une part, d’évaluer plusieurs tests diagnostiques sur un panel de sérums locaux afin de choisir ceux qui sont le mieux adaptés en termes de sensibilité et de spécificité, et, d’autre part, d’éprouver les algorithmes diagnostiques avant de les inclure dans une stratégie nationale de lutte contre le sida.