JLE

L'Orthodontie Française

MENU

Rééducation myofonctionnelle orofaciale assistée par gouttière de rééducation préfabriquée : une revue systématique de la littérature Volume 94, numéro 1, Mars 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 19, place des Comtes du Maine, 72000 Le Mans, France
2 5, avenue de la Convention, 94110 Arcueil, France
Correspondance : amatphilippe@outlook.com

Introduction

Plusieurs études transversales ont montré l’association d’un environnement orofacial dysfonctionnel avec une plus grande prévalence de malocclusions. La rééducation myofonctionnelle orofaciale (RMOF) est la rééducation des muscles, des fonctions et des postures de repos du complexe orofacial. Elle est utilisée dans la prise en charge thérapeutique des dysfonctionnements orofaciaux chez des patients de tous âges et présentant un large éventail de troubles et de comorbidités. La RMOF met principalement en œuvre des exercices isotoniques et isométriques ciblant les structures buccales et oropharyngées, associés à des exercices spécifiques pour optimiser la ventilation, la déglutition et la mastication. Elle peut faire appel à des gouttières de rééducation préfabriquées (GRP) dont la prescription peut également viser l’objectif d’une modification des formes et des rapports d’arcades dentaires.

Objectif

L’objectif principal de cette revue systématique de la littérature était de décrire et d’évaluer l’efficacité de la RMOF assistée par gouttières de rééducation préfabriquées en orthodontie, en occlusodontie et en médecine dentaire du sommeil. Son objectif secondaire était d’évaluer si l’emploi des GRP, actuellement disponibles, s’accompagne d’effets indésirables.

Matériels et méthodes

La revue systématique de la littérature fut entreprise à partir de cinq bases de données électroniques : Medline (via PubMed), Web of Science, Cochrane Library, Embase et Google Scholar, afin d’identifier les études évaluant l’efficacité de la RMOF assistée par GRP dans le traitement des dysfonctions orofaciales et des parafonctions, des dysfonctionnements temporaux-mandibulaires (DTM) ou des syndromes d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte, publiées jusqu’au 20 mars 2023. Le critère de jugement principal de cette revue systématique était l’efficacité thérapeutique de la RMOF assistée par GRP. Chez les patients souffrant d’apnée obstructive du sommeil (AOS), l’évaluation de l’efficacité s’appuyait principalement sur une diminution statistiquement significative de l’indice d’apnée/hypopnée (IHA) et sur une amélioration de la qualité subjective du sommeil, de la qualité du sommeil mesurée par polysomnographie nocturne et de la qualité de vie mesurée subjectivement. Chez les patients présentant des dysfonctions orofaciales, des parafonctions ou des DTM, l’évaluation de l’efficacité l’était principalement par l’électromyographie (EMG), l’anamnèse et l’examen clinique. Les critères de jugement secondaires étaient les améliorations dentoalvéolaires ou squelettiques, et les éventuels effets indésirables des GRP employées, dont des effets indésirables sur l’occlusion.

Résultats

Seulement quatorze études répondaient à tous les critères d’inclusion : deux essais contrôlés randomisés, un essai contrôlé non randomisé, cinq études cas témoins prospectives, deux études cas-témoins rétrospectives, deux séries de cas prospectives et deux séries de cas rétrospectives. Les deux essais cliniques contrôlés randomisés ont été évalués à « faible risque de biais » d’après les douze critères de risque de biais du Cochrane Back Review Group. La qualité méthodologique des 12 autres études incluses a été évaluée à l’aide de l’outil ROBINS-I, conformément aux recommandations du Cochrane Handbook. L’une a été jugée comme présentant un risque de biais mesuré, huit un risque de biais important et trois un risque de biais critique. D’après les données probantes disponibles, la RMOF assistée par GRP permet une réduction statistiquement significative (p = 0,0425) de l’IAH d’enfants souffrant d’apnée obstructive du sommeil légère à modérée. Chez des enfants souffrant d’apnée obstructive du sommeil et opérés des adénoïdes et/ou des amygdales, une RMOF postopératoire associée au port d’une GRP souple conduit à une plus grande réduction de l’IAH, comparativement à un groupe témoin, et une amélioration de la saturation en oxygène (SaO2), 6 mois et 12 mois après l’opération (p < 0,01). Elle contribue également à une amélioration des troubles du sommeil, de la condition physique, de la léthargie diurne plus importante dans le groupe traité que dans le groupe témoin, 6 mois et 12 mois après l’opération (p < 0,05). La RMOF assistée par GRP permet une correction jusqu’à 100 % de la déglutition atypique et une amélioration de l’équilibre musculaire orofacial. Les GRP sont généralement moins efficaces que les activateurs pour le traitement des malocclusions de classe II, division 1 et semblent entraîner davantage d’effets indésirables, principalement une vestibuloversion des incisives mandibulaires. L’utilisation de la RMOF assistée par GRP pour la prise en charge des DTM n’est pas validée par les preuves actuelles.

Conclusions

Les données publiées, même de qualité méthodologique inégale, semblent montrer la supériorité d’une RMOF associée au port d’une GRP comparée à la mise en œuvre d’une RMOF sans GRP. La mise en œuvre d’études prospectives avec de grands échantillons serait utile pour mieux évaluer les nouvelles possibilités thérapeutiques apportées par l’association de la RMOF avec une GRP. Une attention constante devra être portée à la surveillance des éventuels effets indésirables sur les arcades dentaires des GRP associées à la RMOF, notamment la vestibuloversion des incisives mandibulaires. Il pourrait être utile de conduire une réflexion quant à la pertinence des arguments avancés par les fabricants sur les particularités de leurs dispositifs et leurs effets supposés. La RMOF assistée par GRP apparaît comme un nécessaire changement de paradigme, dont il semble utile de faire bénéficier nos patients.

Enregistrement du protocole

Ce protocole a été enregistré le 2 mars 2023 dans l’International Prospective Register of Systematic Review (PROSPERO) et a reçu le numéro CRD : CRD42023400421.