John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Orthopédie dento-faciale et ostéopathie Volume 82, numéro 4, Décembre 2011

Auteurs
* Auteur pour correspondance : fournier.romain@neuf.fr

L’ostéopathie connaît un engouement croissant. Compte tenu de leur action commune sur les enfants et les adolescents, la collaboration entre l’orthopédie dento-faciale et l’ostéopathie est de plus en plus fréquente. Il devient donc nécessaire et urgent de rechercher si, selon les données acquises de la science, il existe une preuve des inter-relations possibles entre les deux disciplines. Après revue de la littérature, peu de publications scientifiques prouvent l’utilité de l’ostéopathie et ses relations avec d’autres disciplines. Pourtant, des relations entre occlusion et posture ont été montrées – sans qu’il s’agisse à proprement parler de preuve scientifique –, notamment dans le sens sagittal. D’autre part, bien que la mobilité des os du crâne soit établie, le mouvement respiratoire primaire est toujours sujet à controverses, y compris parmi les ostéopathes. Cela alors même que l’orthopédie dento-faciale a été longtemps accusée de contrer le mouvement respiratoire primaire des os crâniens (MRP). Aujourd’hui, les ostéopathes ne rejettent plus l’orthodontie car le retour à une situation occlusale saine est considéré comme bénéfique. Selon les avis d’experts – sans preuve toutefois – certains appareils d’orthodontie (forces extra-buccales, disjoncteurs, etc.), qui bloquent les sutures, seraient néanmoins à éviter et nécessitent le cas échéant un suivi ostéopathique. Les polémiques sur les effets néfastes de l’orthodontie étant de plus en plus nuancées de la part des ostéopathes et l’orthodontie moderne se réclamant d’une approche « globale » du patient, une collaboration sera peut-être possible dans les années à venir.