John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Optimisation des traitements orthodontiques chez les patients sous biphosphonates Volume 82, numéro 3, Septembre 2011

Auteur
* Auteur pour correspondance : jzahrowski@aol.com
Aimablement traduit par P.I. Ngom

Les biphosphonates (BP) ont des caractéristiques pharmacologiques uniques qui les différencient des autres groupes de médicaments. Des millions d’adultes prennent des biphosphonates par voie orale pour le traitement au long cours de l’ostéoporose et de l’ostéopénie. Certains de ces patients peuvent aussi avoir besoin d’un traitement orthodontique. Des effets indésirables sur le plan odontologique, liés à la prise de BP ont été rapportés. Il peut s’agir d’un ralentissement des déplacements dentaires, d’une mauvaise cicatrisation osseuse ou plus rarement d’ostéonécrose du maxillaire ou de la mandibule. Cette dernière pathologie est rarement observée après prise de BP pour le traitement de l’ostéoporose. Toutefois, des effets indésirables peuvent survenir plus fréquemment chez les patients sous traitement orthodontique, notamment avant le stade d’ostéonécrose. Des conséquences comme le ralentissement des déplacements dentaires peuvent persister longtemps après l’arrêt de la prise des BP. La réussite d’un traitement orthodontique est assujettie à la possibilité d’obtenir une cicatrisation osseuse optimale permettant d’éviter une mobilité excessive des dents. Les biphosphonates semblent avoir deux types de clairance osseuse : une rapide, en quelques semaines à partir de la surface osseuse et une plus lente, qui peut durer plusieurs années, concernant la portion incorporée dans la structure de l’os. Cet article présente des méthodes permettant une surveillance clinique et radiologique des patients orthodontiques prenant des BP par voie orale. Des stratégies destinées à minimiser les effets indésirables et optimiser les procédures orthodontiques dans le cadre de fenêtres thérapeutiques approuvées par le médecin sont discutées. Les résultats thérapeutiques orthodontiques de trois patients prenant des biphosphonates sont rapportés.