JLE

L'Orthodontie Française

MENU

L’obstruction du nez et du nasopharynx et leur désobstruction médico-chirurgicale influencent-elles significativement la divergence faciale ? Une revue concise des études cliniques majeures avec méta-analyse Volume 94, numéro 1, Mars 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

  • Figure 6

  • Figure 7

  • Figure 8

Tableaux

Auteurs
Faculté de Médecine dentaire et des Sciences orales, Université McGill, 2001 avenue McGill College, H3A 1G1 Montréal, Québec, Canada
Correspondance : julia.cohen-levy@mcgill.ca

Introduction

Le terme « faciès adénoïdien » suggère une relation de causalité entre l’obstruction nasopharyngée et l’hyperdivergence chez le sujet en croissance. La force de cette association est controversée et peu de valeurs « chiffrées » existent.

Matériels et méthodes

Une recherche électronique rapide a été menée sur PubMed et Embase pour retrouver les principales études céphalométriques impliquant des patients avec obstruction nasale/nasopharyngée comparés à une population témoin. Une métanalyse a été réalisée pour quantifier l’effet de l’obstruction (1) et de la désobstruction (2) sur la divergence mandibulaire (angle SN/Pmand), la divergence maxillo-mandibulaire (angle PP/Pmand), l’inclinaison du plan occlusal (SN/Poccl) et l’angle goniaque (ArGoMe).

Résultats

Qualitativement, le niveau de biais des études allait de modéré à élevé. Les résultats étaient concordants sur l’effet significatif de l’obstruction sur la divergence faciale (1) avec une augmentation de SN/Pmand (+3,6° en moyenne, +4,1° chez les enfants <6 ans), PP/Pmand (+5,4° en moyenne, +7,7° < 6 ans), ArGoMe (+3,3°) et SN/Pocc (+1,9°). Les interventions chirurgicales pour lever l’obstacle respiratoire chez l’enfant (2) ne permettaient généralement pas une normalisation de la direction de croissance, à l’exception, avec un très faible niveau de preuve, des adénoïdectomies/adéno-amygdalectomies, réalisées à un âge inférieur à 6-8 ans.

Conclusion

Le dépistage précoce des obstacles respiratoires et des anomalies posturales associées à la ventilation orale apparaît déterminant pour espérer une prise en charge en jeune âge et une normalisation de la direction de croissance. Les effets sur la divergence mandibulaire restent cependant limités, imposant la prudence et ne constituant pas une indication chirurgicale.