John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

L’effet mémoire de forme est-il une réalité clinique pour le 35° Copper Ni-Ti® ? Étude par calorimétrie différentielle à balayage Volume 84, numéro 3, Septembre 2013

Auteurs
* Auteur pour correspondance : dkanter3103@hotmail.com

Introduction : Les alliages à base de nickel-titane-cuivre sont censés exprimer un effet mémoire de forme : refroidis en phase basse température puis soumis à une déformation apparemment plastique, ils devraient retrouver leur forme initiale par simple réchauffage en phase haute température. Les alliages à base de nickel-titane peuvent présenter différentes phases cristallographiques : martensite, austénite et une phase intermédiaire inconstante, la phase R. L’effet mémoire de forme est généralement associé à la transformation de martensite en austénite mais il peut aussi accompagner la transformation de phase R en austénite. Les températures buccales n’étant pas compatibles avec un alliage totalement martensitique, la présente étude vise, pour le 35° Copper Ni-Ti®, à rechercher la présence de phase R aux températures buccales et donc la possibilité d’exploiter l’effet mémoire de forme de la phase R en clinique. Matériels et méthodes : Trente fils 35° Copper Ni-Ti® provenant de deux lots distincts ont été consécutivement examinés par calorimétrie différentielle à balayage en cycles partiels, limités aux températures rencontrées dans la cavité buccale (de 0 °C à 50 °C). La présence d’une phase cristallographique intermédiaire a été recherchée sur les thermogrammes. Les températures de transformation ont été déterminées et les deux lots ont été comparés par le test U de Mann et Whitney. Résultats : Au chauffage, tous les fils sont passés directement de martensite en austénite. Af (moyenne  = 33,5 °C, écart-type  = 0,8 °C) était généralement inférieure à la température indiquée par le fabricant et une différence statistiquement significative (p ≤ 0,01) a été observée entre les deux lots. Conclusions : La présence de phase R n’a pas été détectée et les températures de transformation n’étaient pas constantes. Cette étude met en question la réalité clinique d’un effet mémoire de forme pour les fils 35° Copper Ni-Ti®.