John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Le contrôle de la dimension verticale en technique de Root 2e partie : les classes II Volume 76, numéro 1, Mars 2005

Auteur

Les classes II squelettiques exigent une réduction de l'hyperdivergence pour obtenir une antérotation mandibulaire optimale. Quatre cas de classe II sont analysés pour le vérifier :

- le premier, traité sans extraction, démontre les limites de ce choix : la mauvaise réponse esthétique est la sanction du défaut de redressement des incisives mandibulaires, compte tenu des pénalités occlusales à supporter ;

- le second, traité par extractions des premières prémolaires supérieures et inférieures, a permis de réduire les angles SNM de 45° à 40°, FMA de 27° à 24° et ANB de 9° à 4° ;

- le troisième cas, traité par extractions des premières prémolaires supérieures et des secondes prémolaires inférieures, a imposé une antérotation mandibulaire afin de ne pas aggraver le problème esthétique tout en résolvant le problème occlusal. L'angle SNM a été réduit de 30°à 25°, FMA de 26° à 20° et ANB de 7° à 2° ;

- le quatrième cas présenté, par le choix atypique des extractions réalisées (14, 24, 34, 44 puis 16, 26), est une option orthodontique à une alternative orthodontico-chirurgicale. Grâce à la gestion originale de l'ancrage proposée par T. Root4, que procurent les extractions des premières molaires supérieures, l'angle SNM sera réduit de 38° à 35°, FMA de 28° à 23° et ANB de 10° à 3,5°.