John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

La contention est-elle justifiée après traitement interceptif de classe II ? Volume 80, numéro 4, Décembre 2009

Auteurs
1 Département d'Orthopédie Dento-Faciale, Faculté
d'Odontologie, rue Guillaume-Paradin, 69372 Lyon Cedex 08, France
2 Département d'Information Médicale des Hospices Civils de
Lyon, 162 avenue Lacassagne, 69424 Lyon Cedex 03, France
* schauty@club-internet.fr

La contention intermédiaire après un traitement interceptif de classe II est laissée à l'appréciation du praticien sans que son indication n'ait été justifiée par des études comparatives ; or, le port d'une contention diminue-t-il réellement la récidive ? Nous avons effectué une étude comparative rétrospective comprenant 90 patients en denture mixte présentant une malocclusion de classe II molaire avec un surplomb incisif augmenté ( 5 mm) traités dans le cabinet de J.-J. Aknin par thérapeutique DAC. Deux groupes d'enfants ont été individualisés : un groupe de 31 patients porteurs d'une contention (plaque de Hawley) et un groupe de 59 enfants en surveillance sans contention. Une téléradiographie de profil a été effectuée en début et fin de traitement interceptif et une dernière avant la reprise du traitement secondaire. Les paramètres étudiés sont issus de la technique de superposition de Pancherz. Des analyses statistiques ont été effectuées. Les résultats ont montré une récidive significativement plus faible de la vestibulo-position incisive maxillaire dans le groupe avec contention, en particulier dans les classes II sévères. L'interprétation des résultats est liée à l'évaluation des facteurs de confusion et des critères de sélection. De plus, l'étude ayant été réalisée en intention de traiter, l'efficacité de la contention est liée à la coopération du patient. En contrepartie, l'étude est effectuée en conditions réelles. En conclusion, et en l'absence d'essai randomisé, les résultats montrent que la seule justification de la contention est de diminuer les mouvements des incisives maxillaires. Elle est donc justifiée dans les cas de classe II importante en particulier avec proalvéolie.