John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

L'os hyoïde et la dimension verticale Volume 74, numéro 3, 76e réunion scientifique de la S.F.O.D.F. – La dimension verticale (2e partie)

Auteurs

Suspendu au milieu du cou et du couloir pharyngé grâce à ses attaches sur la base du crâne, la mandibule, le massif lingual, le larynx et la ceinture scapulaire, l'os hyoïde se situe dans un carrefour tendino-musculaire. Cette situation stratégique le fait participer à toutes les fonctions nutritionnelles et relationnelles oro-faciales. Fortement impliqué dans la physiologie du couloir pharyngé, il semble avoir une stabilité remarquable par rapport aux structures qui l'environnent, tout en participant à l'importante évolution ontogénique verticale.

La simplicité de sa morphologie contraste avec la complexité de son rôle. Il est facilement considéré comme une formation vestigiale de peu d'importance, témoin de l'évolution des premiers vertébrés à l'Homme et vestige des 2e et 3e arcs branchiaux. Il simule un hochet tiraillé par de puissants groupes musculaires dont certains sont de véritables tendons.

Territoire charnière sollicité par plusieurs fonctions vitales, en particulier la ventilation, son rôle dans la vie fonctionnelle tout comme sa morphologie semble avoir subi une évolution importante au cours de la phylogénèse. En rejoignant les thèses de plusieurs auteurs, on peut penser que la similitude - puis, la différence - existant entre les foetus d'humains et ceux des primates, puis entre de jeunes enfants et de jeunes primates, est liée à l'importante évolution de la statique qui modifie le délicat équilibre de la région pharyngée. En passant d'un équilibre sagittal à un équilibre vertical, cette évolution maintient ouvert dans les deux cas le tractus ventilatoire mais permet aussi dans le deuxième cas l'articulation et la modulation des sons.

L'os hyoïde est impair, médian, symétrique et situé juste en dessous de la mandibule avec laquelle il présente une analogie de morphologie et de situation étonnante.

Sa maturation et son ossification sont longues et tardives alors que, durant l'ontogenèse, sa migration topographique verticale est rapide, en relation avec l'importante évolution cervicale.

Il existe, très longtemps, de véritables articulations entre le corps et les cornes de l'os hyoïde ; ainsi, la jonction avec les petites cornes ne se synostose complètement que vers l'âge de 50 ans ; malgré son apparence, l'os hyoïde présente donc une grande souplesse, mise à contribution dans l'activité fonctionnelle.

Si l'os hyoïde est lui-même peu mobile au cours des mouvements de la respiration normale, on tend à lui accorder de plus en plus un rôle de soutien et d'équilibre du couloir pharyngé. Il paraît soumis à de nombreuses contraintes qu'il parvient à équilibrer, pour contribuer à maintenir la perméabilité du couloir pharyngé et à rendre possible la ventilation.

De ce fait, l'os hyoïde adapte sa situation et, peut-être surtout, son orientation aux sollicitations physiologiques provoquées par une obstruction pharyngée et une ventilation buccale.

Très étroitement connecté au larynx, son rôle au cours de la phonation est reconnu depuis longtemps. Des études récentes montrent qu'il joue un rôle bien plus important dans l'équilibre ventilatoire que ne l'auraient laissé supposer ses petites dimensions.